• « Vous qui entrez ici, abandonnez toute espérance »

    Un jour, je le jure, je prendrai une bombe de peinture et j'irai taguer ça au-dessus de la porte des Urgences. Pas la porte des patients. La nôtre. Parce que les Urgences, on sait quand on y rentre, mais on sait pas quand on en sort.

    Exemple type, datant d'il y a quelques semaines (oui, j'ai du retard à l'allumage, mais il faut bien garder quelques trucs sous le coude pour écrire des billets intelligents sans Longcat). Sur une astreinte, bien sûr (quand je ne suis pas d'astreinte, il faudrait me fouetter avec des orties pour aller aux Urgences).

    Sur les coups de 22 heures, allô, trauma thoracique. Pneumothorax à drainer.
    Drainons.
    Un peu avant minuit (je sais, je ne suis pas une rapide du drainage) :
    Ah tiens, ne pars pas, on a un épanchement pleural, faudrait que tu le voies. Mais il a pas encore eu le scanner, enfin il y part dès que les brancardiers arrivent.
    OK, je reste.
    Pas de pot, au scanner, épanchement sur plèvre très, très, très pathologique. Chez un patient qui a perdu, genre, quatre kilos en un mois, a un dégoût des viandes, et a été exposé à l'amiante. Chier. L'épanchement est important, mais il ne s'est pas fait en un jour... puis on lui fera sans doute une pleuroscopie sans trop traîner... Allez, il est une heure et demie du matin, on le ponctionnera demain s'il faut, là, je ne fais rien.
    Enfin si, j'explique au patient pourquoi on doit le garder hospitalisé.
    Puis comme il me pose la question « mais qu'est-ce que j'ai », il faut bien lui répondre, en tournant autour du pot. Du liquide autour du poumon, qu'est-ce que c'est que la plèvre, comment du liquide peut s'accumuler... Oui, mais, pas con le patient, il voit bien que l'épanchement est un symptôme et pas une maladie. Et c'est quoi la maladie ? Impossible de dire sans prélèvements, monsieur... Infectieux, cardiaque, etc... puis faut bien vous le dire, ça peut être une tumeur, parfois... mais on ne sait rien, impossible de dire qu'un diagnostic est plus probable qu'un autre... 'fin pas ce soir, quoi. Ce que c'est que la pleuroscopie, le drainage, les biopsies...

    A, genre, deux heures et demie du matin, je peux enfin aller mettre un mot dans son dossier. Puis le fun sera de lui trouver un lit — ah non, il en reste un dans le service, le dernier. Coup de fil aux infirmières et c'est réglé.

    Et là, gros pas de pot, un autre trauma thoracique arrive en chirurgie.
    Le temps d'attendre le scanner, de voir la contusion pulmonaire et de dire qu'on le garde, il est un peu quatre heures du matin.
    Le temps de trouver un lit (service complet, souvenez-vous), il est beaucoup quatre heures et demie.
    Le temps de rentrer à la maison, il ne faut plus regarder l'heure, on se fait du mal. 


    Aaaaaah ! 

    Tags Tags : , , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Edwige11
    Mardi 22 Juin 2010 à 22:16
    Bonjour,
    Felicitations pour votre blog. J'ai toujours plaisir a vous lire.
    Concernant votre post d'aujourd'hui, je ne comprends pas en quoi le degout des viandes oriente votre diagnostic. Si vous pouviez eclairer ma lanterne de petite veto, ca serait sympa.
    Merci
    Edwige.  
    2
    Mardi 22 Juin 2010 à 22:34
    Le dégoût des viandes traîne dans les bouquins en tant que signe de carcinome (principalement). Ça marche avec la perte globale d'appétit. Tout seul, je ne sais pas si c'est un signe de grande valeur, mais avec l'altération de l'état général qui allait avec, ça peut mettre la puce à l'oreille.

    Petite interne en second semestre, c'est la première fois que je le vois. Et chez ce patient, c'était assez marqué. Il voulait bien manger des soupes, des légumes, des laitages, des desserts, mais un steak ne lui disait pas, mais alors pas du tout. 

    Je ne connais pas la physiopathologie, par contre. Paranéoplasique, certainement, mais quant aux détails... 
    3
    Mottate
    Mercredi 23 Juin 2010 à 23:10
    C'est à la fois drôle et enrichissant, vos anecdotes sur la vie de l'hôpital. C'est vraiment un plaisir de lire ça après une rude journée de boulot d'étudiant :)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :