• Thaumaturges

    Jeune, pas bien grande et un peu ronde, madame T, maquillée avec un art discret et modestement élégante, s'est assise sur la chaise du bureau de consultation dans un soupir. Suivi de pansement, indiquait ma feuille, mais, sans l'avoir vue auparavant, j'avais reconnu son nom. C'était la patiente du roi, celle qui avait fait dire à ChefChéri en staff :
    « Si je la guéris, à partir de la semaine prochaine, vous m'appellerez messire. »

    « Comment ça va, depuis que vous êtes sortie de chez nous ? »
    Bien, ça va bien, même si le pansement coule encore et, d'un geste fluide, madame T repousse ses longs cheveux dont les mèches dorées, pour être artificielles, n'en ont pas moins d'éclat. Sous la cascade apparaît un pansement, au côté du cou.

    Un petit pertuis perce encore à la peau ; il faudra le mécher — madame T a souffert d'un abcès du site opératoire, évacué le week-end précédent par mon co-interne qui, goguenard, a remis en question la royauté du chef.
    « Si on trouve encore du BK dans les prélèvements, il aura intérêt à nous payer une bière ! »

    Je palpe doucement les pourtours de la cicatrice, encore un peu indurée, pendant que madame T me raconte son histoire. Un an que ce pansement coulait ; un an qu'une grosse adénopathie cervicale était fistulisée à la peau et crachait sa nécrose caséeuse, en attendant que le traitement anti-tuberculeux soit terminé, pour permettre la chirurgie.

    Les écrouelles : la maladie soignée par les rois de France, qui prouvaient ainsi leur légitimité divine.

    Nous reverrons madame T en consultation chaque semaine jusqu'à la cicatrisation complète.

    Les prélèvements de la cicatrice ont retrouvé un banal staphylocoque. Pas de bacille de Koch pour l'instant. Qui sait ? ChefChéri a peut-être le sang bleu.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :