• Tenues de bloc

    Dans la tête des gens, les tenues de bloc sont l'incarnation même de la sexitude. Dans leur idée, les blocs débordent de répliques de Brad Pitt et Angelina Jolie dont la principale occupation est de s'arracher sauvagement la tenue pour baiser.

    Tenue de bloc

    Ci-dessus : un mythe sexuel totalement infondé


    Pour les nioubes du fond, il faut déjà rappeler ce qu'est une tenue de bloc. C'est le machin vert ou bleu qu'ils portent dans Scrubs. Mais pas en fait sur mesure. En trop grand, élampé, délavé, troué, rapiécé, et taillé à la serpe par un couturier interdit d'exercer depuis.
    Un dilemne se pose régulièrement au porteur lambda de tenue : trop grand ou trop petit ? Il n'y a plus de taille 1, est-ce que je prends une taille 0 ou une taille 4 ?
    D'expérience, la réponse est simple. Faut prendre la taille 4. La seule fois où j'ai pris une taille 0, j'ai fait péter la couture de l'entrejambe en me baissant. Donc voilà, quoi. Au pire, on peut prendre un haut plus petit (en particulier si l'on n'est pas dotée de bonnets F), mais le bas doit toujours être plus large. Toujours.
    Parce que les tenues ne sont pas coupées pour des filles, mais pour des mecs Hulk-like. Larges épaules, petites hanches... Les mâles normaux des blocs trouvent déjà que les épaules leur arrivent au milieu des bras, alors imaginez les filles.
    L'une des sources de fantasmes est, comme je l'ai entendu de la bouche d'un gardien de prison à son collègue (venus garder un détenu opéré sous locale en ambulatoire), que, « oui, il faut se mettre quasi à poil en dessous. »
    Mais on a le droit de garder sa culotte, son soutien-gorge et ses chaussettes dans les sabots.
    De toutes façons, on est toujours nus sous nos vêtements, au bloc ou ailleurs. Ce n'est pas nouveau, peu de gens naissant avec un pardessus intégré.

    Mais je vous entends crier de désespoir que les vestiaires des blocs sont des lupanars inondés de stupre, pas vrai ?
    Disons pudiquement que, depuis que j'ai croisé l'un de mes chefs en petite tenue dans le couloir des vestiaires, j'ai besoin de mind bleach. Cette vision d'un quasi sexagénaire à jambes poilues, portant un caleçon rayé rouge, vert et blanc avec des chaussettes hautes, me poursuit encore. Il allait mettre sa tenue jetable à la poubelle avant de se rhabiller, ne me demandez pas pourquoi.

    Késako, dites-vous ? Tenue jetable ?
    C'est une invention du Démon. C'est de l'intissé vaguement plastifié, un peu rigide, et où, dès qu'on transpire (ce qui est monnaie courante une fois habillé de la casaque stérile), le dos du vêtement se colle à la peau.
    Avec les tenues jetables, il faut prêter attention à bien faire le nœud de la ceinture. Perso je fais un triple nœud — un accident est si vite arrivé qu'un jour je me suis retrouvée en culotte au milieu du bloc. Bien sûr, aucun des mâles présents n'a eu l'idée de me prévenir. Si ma tenue trop grande ne m'était pas arrivé quasiment aux genoux, j'aurais bien dit qu'ils en avaient profité pour mater mes fesses mais, vu qu'il était techniquement impossible rien que de les apercevoir, c'est plus un sens aigu de la blague pourrite qui les a poussés à ne rien dire, et à me regarder m'entraver dans mon pantalon cinq minutes après. 
    Un autre désagrément des tenues jetables, c'est, bien entendu, les giclures de sang sur les jambes. Les casaques protègent, certes, mais elles ne descendent pas jusqu'au sol. Et pour la petite chirurgie ambulatoire (ablation de kystes, de grains de beauté...), on n'en porte tout simplement pas. Une tenue en tissu est suffisamment épaisse pour absorber quelques gouttes sans que ça traverse. Une tenue jetable n'absorbe rien. Au dernier kyste que j'ai enlevé sur un cuir chevelu, non seulement j'avais les jambes de pantalon crépies, mais chaque petite goutte avait coulé sur mes chaussettes (qui ont donc fini dans le sac jaune des déchets à risque infectieux). Ce billet est classe, c'est fou.
    (Pour l'anecdote, ni l'infirmière ni moi n'avions pas vu que le sang coulait le long des cheveux de la patiente jusqu'à mes jambes, mes sabots et le sol. Quand tout a été fini (soit en dix minutes), on aurait dit que j'avais égorgé un cochon. Ça saigne, le cuir chevelu, que c'est une horreur. Ou plutôt une horrar', accent clermontois oblige.)

    A ce propos, voici une petite blague toute en finesse :
    On reconnaît un chir vasculaire au sang sur ses sabots.
    Un urologue au pipi.
    Un viscéral au caca.
    Et un anesthésiste, qu'est-ce qui a éclaboussé ses sabots ? — Du café, bien sûr. 

    Lauve à mes coupaings anesth !

    Tenue de bloc jetable

    Ci-dessus : une victime de la tenue jetable pas écolo, malgré la couleur verte (NB : qu'est-ce qu'il a l'air benêt avec ce calot à la mords-moi-le-nœud, ça n'existe pas IRL des horrars pareilles, en tout cas il faut l'espérer) 

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    Lexo
    Lundi 1er Mars 2010 à 15:24
    Tiens, pas d'intissé chez nous, par contre des tenues de circulation vert amande immondes, surtout très pratique de se changer 10 fois dans une journée.
    Tu jettes tes chaussettes quand elles sont tachées ? Je finis par les garder, sinon j'en aurais plus :( Les clous gamma ça saigne, et les sabots ont des trous :(

    PS : pour les SHA, impossible detrouver un article, ça m'agace !
    2
    Lundi 1er Mars 2010 à 17:23

    Mes sabots n'ont pas de trous (sauf une petite rangée sur le côté), c'est la première fois que j'ai les pieds tachés comme ça ! Par contre je risque de sentir fort des pieds, cet été. Mais le viscéral ça ne saigne pas autant que l'ortho, aussi.

    (Ceci dit, ces chaussettes étaient vieilles et quasi percées. Si ça avait été mes beaux bas, je les aurais bien gardés.) 

    3
    Minawaii
    Vendredi 16 Avril 2010 à 23:05
    Tu rajoutes du liquide amniotique (vert petit pois bien dégueu, c'est mieux) à toute la liste et voilà ce qui repeint régulièrement les sabots de la sage-meuf .... Miam!
    4
    Vendredi 16 Avril 2010 à 23:16
    Je note pour la prochaine fois où je la raconterai ! Surtout si c'est l'heure du repas ;)
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :