• SpyGame, jeu d'espions



    Réalisateur: Tony Scott (2001)

    Avec Robert Redford, Brad Pitt
    SpyGame, jeu d'espions
    Synopsis


    1991
    L'agent de la CIA Nathan Muir s'apprête à prendre sa retraite avec soulagement après trente années de service lorsqu'il apprend que l'un des agents qu'il a formé, Tom Bishop, a été arrêté par la police chinoise pour avoir tenté, sans succès, de faire évader un détenu, à l'identité inconnue, de la sinistre prison de Suzhou. Si rien n'est fait, Bishop sera exécuté le lendemain matin...

    Mais, redoutant un scandale international, les cadres de la CIA refusent de tenter quoi que ce soit, préoccupés de la prochaine visite du président des Etats-Unis en Chine. Et ainsi tout dépend de Muir, convoqué par ses supérieurs qui désirent en savoir plus sur Bishop, afin de mieux étouffer le scandale.

    Nathan Muir revit ainsi son association avec Tom Bishop, depuis la première mission qu'il lui a confiée, au Vietnam, jusqu'à Beyrouth et leur séparation, en passant par le dur apprentissage de l'obéissance dans le Berlin de la guerre froide. Et le vieux routard d'en profiter pour essayer de sauver Bishop en roulant ses supérieurs, cadres propres et politiquement corrects qui ne sont pas de taille à jouer un tel jeu avec lui.



    Mon avis


    SpyGame est un bon film d'espionnage, original en cela que l'histoire est racontée à grands renforts de flash backs, et que la fin, jusqu'à un certain point, reste longtemps incertaine. Il s'agit d'une sorte de requiem pour l'ancienne CIA, celle des agents baroudeurs, buveurs de whisky et polyglottes, dotés d'une roublardise infinie mais obéissant avec une rigueur implacable au réglement et, à défaut, à leur propre code d'honneur. Face à ces vieux agents, la nouvelle génération en col blanc apparaît, par contraste, trop propre et trop sage...

    Le film exploite ces clichés jusqu'au bout et, même si certains trouvent Nathan Muir trop stéréotypé, il n'en reste pas moins que Robert Redford campe superbement ce personnage fatigué qui a plus d'un tour dans son sac. Quant à Brad Pitt, il interprête avec conviction le rôle de Tom Bishop, évoluant au fil du temps mais restant toujours, au fond, ce gamin turbulent et sûr de lui, en permanence au bord de la désobéissance.

    L'atmosphère du Berlin des années 80, ainsi que celle du Beyrouth de la guerre civile, est très convainquante et nous plonge avec facilité dans le jeu des espions de l'époque. Refusant de parti pris les couleurs vives, Tony Scott donne par ailleurs à son film un aspect très prenant de grand reportage. Cette apparence est renforcée par la discrétion de la bande originale, présente, mais ne s'imposant pas et permettant ainsi de s'immerger facilement dans l'histoire.

    Seul point faible, la fin, un peu conventionnelle, peut laisser discrètement insatisfait, même s'il manque au film la profondeur nécessaire à un dénouement plus sombre et qu'il s'agit donc ainsi de la conclusion logique de cette histoire racontée avec netteté et précision, sans chercher à plonger plus profondément sous la surface des personnages.


    Notation:


     éviter à tout prix
     se regarde
      on passe un bon moment mais sans plus
       bon film qui vaut le détour
        excellent, à voir impérativement
     pas forcément un très bon film, mais un bon coup de coeur


    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :