• Revivre

    Depuis novembre, tout doucement, je revis. Ça fait bizarre, au début, de ne pas avoir à bosser les 345 items du programme de l'ECN en sortant de l'hôpital, ni de vérifier son classement sur Céline et Coline cinquante fois par jour. Ça fait drôle d'avoir le loisir de faire des choses sans rapport avec l'hôpital.

    Petit à petit, je retrouve mes habitudes et mes goûts d'avant la D4. Je relis des livres, revois des films, réécoute de la musique dont la principale qualité n'est ni son potentiel suicidogène, ni sa capacité à remotiver les troupes. Je retrouve le plaisir de dessiner, et un peu l'inspiration pour ça, que j'avais totalement perdue. 

    Et je rêve de nouveau.
    Avant la D4, j'avais très souvent des rêves très construits, très complets. Entre l'été 2008 et novembre 2009, le plus important que j'ai dû avoir dans le genre était un cauchemar où je repassais le CSCT — comme toute ma promo — à cause d'une erreur dans une grille. Où nous étions surveillés par mon chef de service de l'époque, un type génial, débonnaire et tout, qui avait la gentillesse de ne faire remarquer à personne que j'étais en maillot de bain et que je rédigeais ma réponse sur un calendrier, et donc que ma copie ne pouvait pas être corrigée.
    Depuis quelques semaines, j'ai retrouvé mes rêves habituels, tout aussi tordus, mais qui stimulent davantage l'imaginaire. Même si, il n'y a pas longtemps, j'ai rêvé que je repassais l'ECN. Cauchemar qui m'a réveillée, pour la première fois de ma vie.

    Qui a dit traumatisée ?

    J'aime beaucoup la fin de l'hiver, juste en ce moment. Mais cette année les arbres en fleur ont un mauvais goût. Parce que c'est à cette saison, l'an dernier, que les révisions de la dernière ligne droite ont commencé.

    Ceci dit, ces reviviscences de merde ne m'empêchent pas de vivre, et c'est heureux. Pour la première fois depuis que j'ai des souvenirs, je suis bien dans mes baskets, vraiment bien dans ma peau. Je travaille avec des gens qui me plaisent, pour faire quelque chose que j'aime, et je retrouve les loisirs que j'aime. Avant, il manquait toujours l'un des trois.

    Interne, non seulement je revis, mais je vis pleinement pour la première fois.



    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    Valentin2
    Dimanche 28 Mars 2010 à 00:28
    Ah il y a effectivement une vie belle avec des fleurs et tout et tout après la D4 ? Eh bé ça me donnerais presque enfin d'entamer l'externat avec le sourire aux lèvres!
    2
    Dimanche 28 Mars 2010 à 22:19
    Les fleurs, ça dépend de la saison. Mais oui, il y a une vie après l'internat (même si pendant la D4, on a carrément l'impression de foncer dans un mur).
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :