• Prix Femina 1955

    Editions J'ai Lu

    Lire la suite...


    1 commentaire
  • Un site dédié aux réanimateurs dans l'âme... Soignez correctement le lapin, ou il mourra !

    Lire la suite...


    5 commentaires
  • Samedi 1er Septembre 2007

    La paisible ville de Brighton (Angleterre) a abrité les championnats internationaux de barbes et moustaches. Spectacle assuré !

    Source: bbc.com

    Lire la suite...


    3 commentaires
  • - Les hommes de chez toi, dit le petit prince, cultivent cinq mille roses dans un même jardin... et ils n'y trouvent pas ce qu'ils cherchent...
    - Ils ne le trouvent pas, répondis-je...
    - Et cependant ce qu'ils cherchent pourrait être trouvé dans une seule rose ou un peu d'eau...
    - Bien sûr, répondis-je.
    Et le petit prince ajouta:
    - Mais les yeux sont aveugles. Il faut chercher avec le coeur.
    J'avais bu. Je respirais bien. Le sable, au lever du jour, est couleur de miel. J'étais heureux de cette couleur. Pourquoi fallait-il que j'eusse de la peine...


    Antoine de Saint-Exupéry,
    Le Petit Prince (1946)

    Il est toujours plus facile de savoir ce que l'on refuse que de savoir ce que l'on désire vraiment... Voir clair dans son coeur est difficile. Certains vont courir le monde à la recherche d'un trésor caché, sans savoir qu'ils pourraient le trouver au seuil de leur porte, et d'autres, qui auront trouvé leur bonheur à leur portée, se rendront malheureux pour ne pas l'avoir trouvé ailleurs, plus loin...
    Ce sont ces bonheurs, simples comme l'eau fraîche et les roses, qui nous ancrent à la vie. Une femme sur le point de mourir d'un cancer gardera sous les yeux la perruque qu'elle aurait porté si elle avait guéri, et un ours en peluche offert par sa fille. Elle aura été naïvement fière de ses yeux verts, les seuls dans sa famille, et aura dit de ceux qui n'ont pu la guérir que c'était un service de pointe, ici, et qu'elle gardait espoir, alors que tous la savaient condamnée, et pour quoi ? Pour un sourire offert à la dérobée...

    Tout comme la beauté aiguë de la lumière flottant à la surface d'un loch peut rendre infiniment triste, et les pentes vertes de montagnes acérées battues par le vent nous emplir de joie de vivre, ce sont ces instants volés où un détail résonne au fond de nous, comme la corde trop tendue d'une harpe sous le doigt de l'artiste, qui rendent la vie digne d'être vécue, car dans la richesse des sensations se trouve l'antidote à tous les poisons créés par les hommes.


    votre commentaire
  • La convention exige, lorsque la conversation languit ou que l'on parle avec des gens que l'on vient à peine de rencontrer, que le temps soit au cœur de la conversation. Le temps qu'il fait, le temps qui passe...

    Mais qu'est-ce que le temps ?


    Pour le physicien, c'est la quatrième dimension de notre univers.
    Pour le philosophe, il s'agit d'un concept nécessaire à l'Histoire.
    Le poète, lui, y voit l'absence de sa bien-aimée, alors que le travailleur y trouve sa subsistance...

    Einstein, pour démontrer la relativité du temps, a déclaré qu'entre cinq minutes passées dans les bras d'une jolie femme et cinq autres minutes où l'on reste assis sur un poêle chauffé au rouge se trouve toute la distance séparant un instant de l'infini... Le temps, c'est nous qui l'interprétons, parce que nous le subissons. Nous n'avons aucune prise sur le temps qui coule, implacable. Nous pouvons mesurer ses effets, par des montres ou des pendules, mais nous ne pouvons pas le toucher.

    Le temps fait partie du monde. Imaginez un univers sans temps. Tout stagnerait, rien n'évoluerait ni ne changerait. Ce serait un monde au point mort, un monde sans vie, puisque la vie est le changement. Ce serait un monde mort.

    Et nous avons beau gémir que tout passe trop vite, que nous aimerions arrêter le temps et qu'il est cruel, cela ne nous empêche pas d'être heureux et de savourer, pendant un trop bref instant, la douceur d'un carré de chocolat dans notre bouche...

     


    votre commentaire