• Rangement

    « Je suis bordélique » m'a récemment confié l'un de mes seniors.

    Marrant, j'aurais jamais deviné.

    Le drame de mon service est que, sur cinq chirurgiens, pas un seul ne maîtrise la notion de rangement. (Et, sur une interne, seulement la moitié obsessionnelle-compulsive de son esprit en a la connaissance. L'autre moitié aime le chaos, du coup le total est du genre mais pourquoi le bout de papier déchiré que j'avais posé précisément là hier soir sous le dossier bleu de monsieur Machin et où j'avais écrit le numéro du médecin traitant de madame Truc avant de partir a disparu ce matin ???)

    Prenons l'exemple du chariot de viscérale. Modèle standard, un tiroir pour les dossiers médicaux, un autre pour les radios, et un dernier pour garder deux-trois trucs utiles sous la main. C'est, bien entendu, ce dernier qui pose problème.
    Vendredi, après maintenant quatre mois et demi dans le service, j'ai enfin eu le courage d'essayer de le ranger. Inventaire à la Prévert :
    • une boîte de gants d'examen taille 8/9,
    • un tube de vaseline (hé, on fait du viscéral, les gens !),
    • un tampon encreur du service sans nom de médecin dessus, que j'ai aussitôt proclamé mien (marre de tamponner mes ordonnances avec le tampon d'un autre),
    • un tampon encreur au nom de l'un de mes seniors, qu'on avait perdu il y a un mois (le tampon encreur, pas le chirurgien),
    • une centaine d'ordonnances toutes prêtes pour les pansements, du modèle utilisé par les orthopédistes, en un gros tas qui s'écroulait,
    • un classeur avec les bons des examens biologiques pour les infirmières, parce que l'un de mes seniors aime bien leur pré-cocher les cases (et du coup il oublie une fois sur deux de prescrire, 'achement pratique après coup pour savoir de quand date le dernier bilan),
    • un classeur plus gros avec, dans de vieilles pochettes en plastique toutes déchirées, des demandes d'endoscopie digestive, de scanner, les bons de radio, des ordonnances vierges, des bons de transport (ancien modèle) et, allez savoir pourquoi, les demandes d'avis psy (pas les autres, les autres sont dans un placard dans une autre pièce que celle où est rangée le chariot),
    • quelques trombones épars,
    • et mon Antibioguide à moi qu'on m'a donné en novembre, glissé dans un coin.

    J'ai tout sorti. J'ai regardé le tas que ça faisait. Puis j'ai regardé les casiers où on range normalement les paperasses vierges, qui débordent déjà.
    Et j'ai tout rentré. Après tout, je vis avec depuis novembre, à quoi bon s'entêter.

    Si j'y pense, lundi, je demanderai à madame notre surveillante pardon, cadre de santé, si elle n'aurait pas un trieur à la place des deux classeurs, parce que les pochettes en plastique, ça n'est pas pratique (même si ça rime).

    Et puis voilà. 

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Irène
    Samedi 20 Février 2016 à 21:24

    pour la psy, bah c'est juste que c'est souvent considéré comme un examen complémentaire comme un autre (pas que en chir). Les cardio, les gastro, etc. on les appelle et on leur explique le problème et pourquoi on aimerait leur avis, mais les psy, on remplit un bon. Mais pourquoi ??

    (je suis psychiatre mais j'aime toujours bien faire de la liaison, même si souvent, le médecin, ou l'externe qui a rempli le bon n'est pas le même que celui qui est là quand je passe)

    tant que j'y suis, à poster un truc pour la 1ère fois ici, je crois que votre blog est en train de me réconcilier avec la chirurgie. Oh je ne changerai de spécialité pour rien au monde, mais je commence à mieux apprécier ce qui se passe dans un bloc :). Aucun malaise vagal à signaler à lire ce blog !!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :