• Pitié, ne retirez plus les balles

    Je lance ici un appel aux scénaristes de tout poil.

    Par pitié, arrêtez de vouloir à toute force retirer les balles des corps de vos personnages.

    Ça ne sert à rien. Nada. Que dalle. Et, au pire, vous allez faire du mal à votre personnage.

    Quand je vois un film comme Ronin, avec ça dedans, ça me fait grincer des dents. Comme je n'arrive pas à retrouver l'extrait en cause sur YouTube, laissez moi vous le décrire.

    Robert De Niro est un mec, un vrai, et un espion, un vrai aussi. Alors quand il se prend une balle dans la fosse iliaque droite (il me semble), non, il ne va pas à l'hôpital et il n'appelle pas la CIA pour se faire soigner. Non, il va dans une cuisine d'une maison d'un trou perdu de l'arrière-pays provençal (autant dire la brousse profonde pour les Américains). Il demande un peu de whisky pour se bourrer la gueule et désinfecter la plaie. Puis un miroir et une Kocher.
    Et, comme il a des couilles en acier trempé, il arrache la balle de son propre ventre en se regardant dans la glace, mal éclairé par une lampe à pétrole, en plus.
    Dès que la balle est sortie, tout le monde est heureux, ça picole dans tous les sens pour fêter ça.
    Robert De Niro survit, roule une pelle à Natasha McElhone, et j'ai oublié le reste de l'histoire, absolument dépourvu d'intérêt au regard de cette prouesse chirurgicale.

    Analysons maintenant la stupidité imbécile de De Niro (ou plutôt du scénariste).

    Une balle en fosse iliaque gauche ?
    Ouais. Alors elle pouvait faire mal à quoi, à juste ?
    Oh, sans doute pas à grand chose en dehors d'une ou plusieurs perforations digestives, d'une plaie des vaisseaux iliaques, éventuellement de l'uretère et de deux-trois autres machins qui ont pu se trouver devant la balle selon son trajet.

    L'enlever tout seul dans des conditions de stérilité à faire grimper un orthopédiste ou un CCv après les murs ?
    Pourquoi pas, c'est fun, les péritonites !

    Mais surtout A QUOI ÇA SERT PUTAING ?!
    Même quand j'étais en D1, dans mon jeune temps, et que j'ai pondu un truc oscillant entre fanfic et roman de merde, j'avais compris que ça ne servait à rien d'extraire la balle. 
    Une balle, c'est tellement chaud-la-braise quand ça sort du canon que c'est stérile, peu ou prou, ou en tout cas très propre.
    Il y a des tas de gens qui vivent très bien avec des éclats d'obus dans le corps (pour les courageux ou les victimes) ou des plombs divers (pour les chasseurs). Personne dans son bon sens ne va aller repêcher une balle au fond de quelqu'un en opérant pour de vrai, avec une incision et tout, à se faire chier des plombes pour un bénéfice nul et avec un risque opératoire. Sauf bien sûr si la balle menace de bouger ou de niquer une structure importante (enfin j'imagine, j'ai pas l'air comme ça mais j'y connais rien en médecine de guerre, à part qu'il faut pas se ruer sur les plombs de chasse pour les enlever). Et alors c'est pas le patient qui va se l'enlever tout seul avec une Kocher à griffes.

    Donc à la liste des trucs à ne plus faire, chers scénaristes de mon cœur, il faut rajouter l'ablation des balles diverses et variées aux côtés de l'asystolie choquée, de la ponction de moelle épinière et autres joyeusetés.

    Et pour conclure sur une note de bonne humeur sans aucun rapport :

     

     

    Je crois que je risque de mettre les pieds aux soirées karaoké de l'internat rien que pour chanter (très faux) toutes les parodies geek de Bohemian Rhapsody.


  • Commentaires

    1
    Kewan
    Mercredi 24 Novembre 2010 à 17:06

    --Spoiler--

    Et la péridurale faite par surprise, en un seul geste, par Dexter à une de ses victimes (saison 2 dernier épisode)...

    A faire se suicider de désespoir n'importe quel anesthésiste qui galère à faire sa péri. Je le rappelle, Dexter a fait médecine, mais il est légiste.

    Enfin, pour Dexter, l'asepsie il s'en fout, il ne compte pas réveiller le patient !

    -- end of spoiler --

     

    J'ai toujours voulu savoir comment les noyés d'Alerte à Malibu faisaient pour se réveiller après trois massages et deux insufflations. L'effet maillot rouge ? "Toutes les internes en maillot rouge !"

    2
    Mercredi 24 Novembre 2010 à 23:34

    J'avais jamais pensé à la "stérilité" des balles à la sortie du canon. De ma faible explérience, une partie importante de ceux que j'ai vu ont fini au bloc pour mise à plat de la plaie et extraction de la balle (quand effecitvement il ne s'agit pas de plombs, ceux là, ils restent).

    3
    Dimanche 5 Décembre 2010 à 11:22

    Drole les videos

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :