• Payback

    Vous vous souvenez sans doute de Boubou. Sachez que, avant la fin de mon stage, Chef-Chéri m'a offert un cadeau qui m'aurait mis les larmes aux yeux si j'avais osé : il s'est fait Boubou. Deux d'entre elles. D'un coup. Respect.

    Chronologie d'une explosion annoncée.

    J1 : les pinces.
    Comme d'habitude, Boubou #1 range les pinces. Comme ça va bientôt faire six mois, je lui demande gentiment de me laisser une DeBakey et une Rezzano dans la poche de mon côté.
    — Ah non tu vas les faire tomber !
    — ?! Je ferai gaffe, mais laisse-moi deux pinces !
    Plus tard :
    — Tu veux vraiment pas me laisser de pince...
    — Nan mais si elle tombe je préfère que ce soit ma responsabilité que la tienne !
    — DeBakey !
    — Quoi ?
    — DeBakey ! Passe-moi une DeBakey !
    — Ha...
    — Et une Rezzano !
    Après avoir fini, je remets mes pinces à moi que j'aime dans ma poche de mon côté... Dix secondes après, pif, plus de pinces.
    — Boubou, laisse-moi deux pinces...
    Chef-Chéri : Oh ça va, toutes les deux, laisse-lui ses pinces !

    J2 : on prend les mêmes et on recommence, avec des fils à valve en plus.
    Valve aortique, toujours pas de pinces, et Boubou veut aider pour passer les fils sur l'anneau aortique. Alors ceux qui sont de son côté, elle en tient le bout pour que la boucle ne retombe pas devant les yeux de Chef-Chéri. Mais, hélas, l'enfer est pavé de bonnes intentions : Boubou ne voit pas l'anneau, et elle ne sent pas qu'elle tire trop sur les fils...
    Chef-Chéri : Lâche le fil, tu tires trop.
    Boubou : Oh, OK.
    Fil suivant, re-belote, puis encore, puis :
    Chef-Chéri : Putain, ça a déchiré. Boubou... 

    J3 : l'apothéose
    Pontages. Toujours pas de pinces. Pontages à faire au trou du cul du monde sur de petites artères avec des ATI de merde, bref, Chef-Chéri est de bonne humeur.
    — Ciseaux micro.
    Boubou tend une pince à bout doré.
    — Ciseaux micro !
    — Ah pardon j'avais pas vu que tu en étais déjà là.
    Puis :
    — Le fil s'est pris dans l'écarteur. *Regards de taupes en lunettes de micro-chir pour essayer de voir le fil 8/0 bleu sur un champ bleu pas dans le champ du scialytique.* Boubou ! Tire pas dessus ! Naooon... *Sanglots étouffés*
    Puis :
    — Pinces micro... Naoooon, le fil, putaaain, Boubou...
    Puis, plus tard, pour se consoler, Boubou #1 s'est mise à papoter avec Boubou #2 (circulante), chuchotis à voix basse qui s'éternisaient, s'éternisaient, pendant que Chef-Chéri commence à fixer les électrodes et mettre quelques drains. Qui s'éternisaient. Puis est venu le moment magique, où Chef-Chéri a marmonné :
    — Putain, elle, je vais me la faire, Stockholm. Je vais me la faire.
    — Oh ouiiiiiiii !!!!
    — BOUBOU ! C'EST SUR LE CHAMP QUE ÇA SE PASSE ! 
    — Mais je...
    — ÇA FAIT PLUS DE CINQ MINUTES QUE TU JACASSES ! TU REVIENS ET TU ME PASSES LES DRAINS !
    — ... (Dignité boudeuse)
    — Kelly, ai-je demandé.
    — ET TU NOUS LAISSES LES PINCES, CETTE FOIS !
    — ... (Silence offensé)
    — ET ON FAIT UN COMPTE DES COMPRESSES !
    — De quoi fixer, ai-je demandé.
    Et je me suis retrouvée avec un fil de sept centimètres de long à tout casser pour fixer un drain.
    — Il est un peu court, me sussura Boubou ; j'en ai un neuf, mais il devra servir pour les trois autres drains. 
    Clair que sur une intervention à x mille euros, c'est le pauvre fil tressé à deux euros qui va faire couler l'hôpital. 
    — BOUBOU-DEUX ! CES COMPRESSES ?
    — Le compte est bon.
    — RECOMMENCE, TU T'ES PLANTÉE DANS L'ADDITION LA DERNIÈRE FOIS !
    Pis de toutes façons faudra recommencer à la fermeture du péricarde et du sternum :)
    — BOUBOU, METS LES DRAINS EN ASPI.
    Puis le meilleur pour la fin.
    Boubou, froidement : Je vais finir la peau avec Stockholm, Chef-Pas-Chéri.
    Chef-Chéri : Hors de question, je vais le faire avec elle. C'est notre dernier patient fait ensemble, après tout :)

    Comme quoi, rira bien qui rira le dernier. Une Boubou, l'oreille basse, et devenue muette, ça vaut bien toutes les pinces qu'elle m'a piqué dans le semestre.


  • Commentaires

    1
    Ependyme
    Mardi 3 Mai 2011 à 13:11

    Salut, j'ai découvert ton blog il y a peu de temps et j'adore! Merci pour tous ces petits moments d'émotions que tu nous fais vivre!


    C'est en lisant ces petits fragments d'expériences, ces chroniques drôles ou émouvantes, que je me dis que je ne me suis pas trompée, que je VEUX vivre ça. Je ne suis qu'une petite p2 qui termine son année et qui ne sait encore pas grand chose et qui n'a encore rien vue... mais en te lisant je sais que je veux vivre ça un jour!


    J'aime beaucoup ton style d'écriture, il est léger, amusant et tu sais faire passer une certaine profondeur, des bribes d'émotions...


    Merci à toi et bonne continuation!

    2
    **Mimi** Profil de **Mimi**
    Mercredi 4 Mai 2011 à 22:52

    OMG, on a les mêmes Boubou(s) partout, ton Chef-Chéri vient de venger toute une tournée d'internes ! :)

     

    3
    Samedi 7 Mai 2011 à 18:25

    @ Ependyme : merci à toi pour les fleurs ! ;)

    @ Mimi : c'était jouissif. Dans tous les sens du terme.

    4
    Ju
    Dimanche 16 Mars 2014 à 00:08

    Jouissif :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :