• 2 commentaires
  • Bonne nouvelle, Arte a mis l'intégralité du spectacle en ligne sur son site. Mauvaise nouvelle, la fonction d'intégration ne marche pas.

    Ça, c'était pour la technique. Maintenant, le lien pour presque trois heures de belle musique :

    Werther à l'opéra Bastille


    Et puis, la critique.
    L'autre soir, en le regardant, j'étais vraiment emballée. En éteignant la télé, j'aurais juré que Jonas Kaufman chantait mieux qu'Alagna. J'avais bien eu quelques réserves au sujet de Sophie Koch, mais rien de grave.

    Après avoir écouté le spectacle sans le regarder, et donc sans être parasitée par la mise en scène ni le talent d'acteur des stars de l'occasion, mon opinion est beaucoup plus mitigée.
    Déjà, Sophie Koch, on oublie, rendez-nous Angela Gheorghiu. Je n'en dirais pas plus, je deviendrais méchante et ce ne serait pas juste.
    Ensuite, Jonas Kaufman. Il roule trop les r, et je n'aime pas ça. Par moments, sa voix est étrangement voilée — mais, à d'autres, il s'approche pourtant de la perfection à la toucher. Il campe un Werther crédible, humain, rêveur et passionné — Werther, enfin. Ce sont ses dons d'acteur qui non seulement le sauvent de ses r malheureux, mais rendent l'ensemble du spectacle plus que très regardable et en font un moment mémorable. Salut spécial à son Ô Nature pleine de grâce :

     

    Et puis là aussi, enfin ne faites pas attention aux r roulés pire que par une tourterelle en chaleur (c'est vraiment malheureux qu'il ait ce défaut) et écoutez plutôt la délicatesse des émotions dans sa voix :


    Et mon morceau préféré que je chante en voiture et dans les couloirs de l'hôpital (mais forcément ça rend beaucoup, beaucoup, moins bien ^^") :



    Mon nouveau fantasme lyrique est donc officiellement un Werther avec Kaufman et Gheorghiu, sous la direction de Michel Plasson.


    Et, parce que je garde un groooos faible pour l'enregistrement qu'en ont fait Alagna et Gheorghiu sous la direction du maître Antonio Pappano, voici le lien pour l'écouter sur Spotify.

     


    1 commentaire
  • C'était ce soir en direct sur Arte ! Un Jonas Kauffmann brillantissime, une mise en scène extraordinaire (bien qu'épouvantablement mal filmée pendant le premier acte)...

    Un article plus étoffé viendra lorsque le site d'Arte aura mis le différé en ligne, avec les liens qui vont bien. 

    votre commentaire


  • Vidéo hélas de mauvaise qualité, mais où la grandissime Angela Gheorghiu interprète avec son talent fantastique la Habañera de Carmen.
    Seule version que, non seulement je supporte, mais adore.

    votre commentaire

  • C'est ce que j'écoute généralement dans ma voiture en sortant de garde. Le combo Sempre libera et Addio del passato couvre exactement le trajet entre l'hôpital et mon lit. Autant dire qu'après une garde agitée (je n'avais pas la poisse quand j'étais externe, mais je crois bien que je l'ai maintenant), il n'y a pas meilleur repos.
    La route longe des paysages superbes, en particulier les matins d'hiver. Avec Angela, je suis transportée dans une terre de rêves et d'harmonie.

    Que demande le peuple ? 

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique