• Les Mouches

    Un bloc opératoire est un milieu fermé. Lorsqu'il y a des fenêtres — ce qui est rare en salle — elles ne s'ouvrent pas. Pour y pénétrer, il faut effectuer un circuit complexe comportant moult portes-z-et sas. C'est bien le dernier endroit où l'on s'attendrait voir une mouche.

    Et pourtant, que la montagne est belle. Et pourtant. Dans ce temple de l'asepsie, il arrive qu'une mouche mécréante s'introduise dans le saint des saints, j'ai nommé ce volume de dix mètres cubes au-dessus du champ opératoire. Dans une salle à flux laminaire. Pour larguer ses bombes (entendez, ses germes) droit sur le patient ouvert.

    Kamikaze


    Comme lui, mais en moins idéaliste 

    Reconstituons une scène typique de la vie quotidienne au bloc.
    — DeBakey.
    *donne la pince*
    — Feu sur ma pince.
    Pschiiiiit, et la FIREBAAAAAAALLLL de la coagulation assure l'hémostase.
    — Oh, Anesth, il aime pas, il se réveille.
    Côté anesthésique :
    — OK, pas de souci.
    Le téléphone sonne :
    — Allôôô ? Ouiii, c'est la panseuse... Ha, OK... Oui... Ha merci. Bonne journée à vous !
    Annonce générale de la panseuse :
    — On a les résultats de l'extempo, c'est un adénocarcinome.
    — OK, merci.
    *On continue le curage*
    Puis soudain, c'est le drame.
    — Il y a une mouche dans le bloc ! s'exclame la panseuse ! Avec trois points d'exclamation dans la voix !
    — Nan, c'est une blague ? demande Chef-Chéri (pas le même que dans l'autre billet, mais j'ai décidé que tout senior dont je parle ici sera appelé Chef-Chéri. Ça créera le personnage générique d'un méta-chef, puis ça m'évitera la tentation des jeux de mots pourris avec le Senior des Anneaux.)
    Tout le monde lève le nez et, du regard, cherche la mouche.
    — Ah putain, mais c'est qu'elle est énorme, cette connasse, déclare paisiblement l'infirmier anesthésiste.
    — Elle se pose sur la lampe ! trémule la panseuse. Je vais chercher la bombe à insectes !

    En effet, dans les blocs, la terreur est combattue par la terreur, et les légions de bactéries transportées par une mouche à merde reçoivent le châtiment de la bombe insecticide.

    Bien sûr, le temps que la panseuse fouille le bloc à la recherche de la bombe de Raid, la bête s'est envolée.
    Sur le champ, le temps s'est arrêté. On a posé les instruments, et j'ai attrapé un champ abdo pour recouvrir l'incision si jamais la garce de mouche se rapprochait trop.

    La mouche tourne dans la salle. Elle bourdonne près des lampes du plafond, sans s'approcher des scialithiques — étrange instinct de conservation, parce que si jamais elle se posait sur une poignée, son compte serait bon. L'anesthésiste, revenu entre temps du café d'endormir le patient à côté, saute comme un cabri pour essayer d'attraper l'insecte, et manque se viander sur le respirateur (épisode authentique). L'IADE se bidonne sur son tabouret en traitant la mouche de tous les noms. Sur le champ, Chef-Chéri et moi suivons les progrès de la mouche tout en assurant le commentaire sportif, raison de l'hilarité de l'IADE :
    — Et dans un virage audacieux, la mouche se rapproche du flux laminaire ! Repoussée par le léger courant d'air, elle perd de l'altitude, oh là là elle descend, elle va se poser sur l'étagère à fils... Non, voilà que notre championne se reprend, elle, oh merde, elle s'approche du champ, mais fous le camp, bécasse !
    — Dans un éclair de lucidité, madame Mouche s'éloigne de la table et retourne bourdonner au plafond. Ces néons semblent l'attirer, pourvu qu'elle ne s'y brûle pas les ailes, elle est juste au-dessus, si elle tombe, elle nous tombe dessus...
    — Mais non, nous avions raison de garder confiance en elle ! Elle va faire un tour du côté des poubelles ! Faudrait lui donner les compresses salles, ou bien la pièce opératoire, ça ferait un appât !
    Etc Etc.

    Et juste lorsque la panseuse revient avec La Bombe, la mouche profite de la porte ouverte et s'en va.
    Elle nous abandonne, et ne nous laisse que supposer l'hystérie collective qu'elle déclencherait en rendant visite aux orthopédistes. 

    Tags Tags : , , , , ,
  • Commentaires

    1
    pom
    Lundi 24 Mai 2010 à 18:41
    zzzzzzzzzzzzz
    zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz
    zzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzzz*schplafh* zz zz z
    2
    Mardi 25 Mai 2010 à 12:43

    Pouvu qu'elle n'ait pas pondu dans le blog...

    3
    Askap
    Mardi 25 Mai 2010 à 14:38
    Et l'enfermer dans l'autoclave ? Je suppose que le Raid en bombe, ce n'est pas prévu pour être stérile, si ça retombe sur le champ ???
    4
    AlineA+
    Mardi 25 Mai 2010 à 20:04
    si plusieurs mouches se pointent, alors la pièce de théâtre peut commencer ("les mouches" de Sartre)
    le bloc étant à une scène à part entière (avec costumes, acteurs, accessoires, lumière, concentration, tension, rire, pleurs...) ça peut le faire (bon sans champ ni rien qui puisse être infecté par ces satanées mouches!)

    ton post m'a inspirée cela (c'est grave Docteur?)


    merci en tout cas de nous faire partager  un peu de ton quotidien, quelque soit l'angle choisi

    5
    Mardi 25 Mai 2010 à 23:40
    @ pom : Nan, pas schplaff, après ça fait sale.

    @ L'apprenti docteur : Si jamais elle a pondu ici, je lui explose une bombe H sur la gueule.

    @ Askap : C'est là toute la difficulté du métier de chasse-mouche au bloc — que l'insecte mort ne tombe pas sur le champ. Il faut le tuer alors qu'il est ailleurs.

    @ AlineA+ : Je ne sais pas pourquoi, mais je ne ferais pas confiance à Oreste dans un bloc. 
    6
    pom
    Dimanche 30 Mai 2010 à 19:45
    zzzzzzzzzzzzzz *pchiiiiif* alors (la bombe H c'est terriblemet efficace, trop même)
    7
    les furoncles
    Jeudi 10 Juin 2010 à 12:02
    Pourquoi pas du papier tue-mouches?
    Pour tout savoir, une vidéo musicale à voir et à faire partager, cliquer sur:
    http://www.youtube.com/watch?v=q5gPofkvF20 
    8
    Nerf X
    Lundi 16 Mai 2011 à 18:30

    J'avais vu ca au bloc d'urgence un samedi soir, elle était la ou on se lave les main (pas encore dans la salle d'op) je l'avait explosé sur le mur et tous les IBODEs, mon interne et le chef cheri de garde avec nous m'avaient applaudi, j'avais joué un rôle actif dans la stérilité du bloc, j'étais heureux ^^

    Avant ca je savais pas que ca arrivait, ca ne m'était jamais venu a l'idée.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :