• Le sabot idéal

    Il n'existe pas. Mais il serait :
    — parfaitement à la taille du peton glissé dedans,
    — avec des trous sur le côté pour éviter la transpiration, et sans trous sur le dessus pour éviter le sang et le caca dans les orteils,
    — avec une gélose confortable anti-escarres, pour ne plus avoir mal sous le calcanéum,
    — un rebord postérieur maintenant le talon, mais tout de même assez bas pour permettre un chaussage et un déchaussage facile,
    — avec le bout large, genre gros écrase-merde grunge, pour avoir les orteils à l'aise,
    — avec un tout petit talon et quelque chose qui moule la voûte plantaire, 
    — tellement léger qu'on ne le sent pas,
    — anti-dérapant,
    — ne se déformant pas, ni se craquelant, à l'autoclave, 
    — avec un revêtement assez lisse pour que le sang séché ne résiste pas à trois lavages,
    — et surtout sans bride derrière le talon, parce que c'est le genre de truc qui te fait expier tes pêchés à chaque fois que tu l'enfiles.

    Tout ça pour dire que mes sabots, ma première paire à moi d'interne, ne vont pas tarder à rendre l'âme. Ils ont résisté aux autoclaves de viscérale et de thoracique, mais les autoclaves de CCV doivent être plus puissants, parce que maintenant le dessus gondole et ne m'inspire plus du tout confiance. Ils se sont ramollis, et un jour je vais les retrouver complètement éversés.

    Tout ça pour dire aussi que certains de mes Chefs-Chéris opèrent pieds nus sur les estrades métalliques ( « Naon, Cadre-de-Santé, c'est pas crade tant que mes pieds touchent pas le sol ! » ), au prix parfois d'un bain de pieds sanglant ( « Quelqu'un peut mettre un champ sur mes pieds ? Il y a des trucs qui coulent dessus. » ). Et que je m'y suis discrètement mise ces temps derniers, parce que comme le métier commence à rentrer, je trouve perpétuellement qu'il fait trop chaud en salle, même si la clim est à 17° — parce que l'estrade froide, c'est un super radiateur à refroidir les pieds et partant tout le corps.

    Donc, le sabot idéal devrait inclure un système réfrigérant pour une homéothermie des pieds. Parce que les pieds qui suent, c'est le Mal et le lit du malaise vagal.


  • Commentaires

    1
    LouiseA
    Vendredi 25 Mars 2011 à 18:42

    + 1 : nos petons ne devraient sentir que le patchouli après 24 heures dans les sabots idéaux... haaaa, c'est beau de rêver ! ;)

    2
    **Mimi** Profil de **Mimi**
    Samedi 26 Mars 2011 à 05:38

    LouiseA : je confirme, 24h d'association "bas de contention + sabots", c'est olfactivement déconseillé. J'ai pensé à ton patchouli LP sur 24h cette nuit au bloc, quand cette évidence m'a sauté aux narines... :)

     

    Stockholm, je croyais être la seule zinzin à poser discrètement les pieds sur du métal pour contrecarrer les scialytiques / le tablier plombé / la chauffante / les pannes de clim (...). Merci de me rassurer encore une fois ! :)

    3
    Dimanche 27 Mars 2011 à 11:22

    @ Louise : Sabots Patchouli LP, quel que soit le prix, je les achète ! S'il pouvait aussi y avoir de la crème hydratante intégrée, parce que les crevasses, ça fait mal...

    @ Mimi : et le mieux, c'est que quand tes pieds ont fini par réchauffer l'estrade, tu remets tes sabots, et ils sont FROIDS. Le seul truc, c'est de ne pas trébucher dessus (ça m'est arrivé, pas tombée, mais ridicule).

    4
    Dimanche 27 Mars 2011 à 12:03

    Ta quête du sabot idéal me ramène à ma quête de la bottine d'équitation idéale...

    La boot, elle doit être légère et très souple. Elle doit aussi bien tenir au pied, parce que se retrouver en chausettes dans la boue du pré, c'est MOYEN, et tant qu'à faire étanche, pour le même genre de raisons. Il faut aussi qu'elle soit bien chaude, genre fourée à la peluche, mais ne pas faire de peluches (je me comprends, c'est déjà ça), et l'été, elle doit être très légère pour ne pas avoir les pieds qui cuisent à l'étuvée. Une semelle intérieure ne serait pas de refus non plus, parce qu'au bout de quelque heures, le cuir qui couvrait la semelle de plastique a pris la forme gauffrée de la semelle, et ça fait mal. Si la semelle pouvait être amortissante d'ailleurs... Enfin, il faudrait que le cuir soit auto-nettoyant et auto-hydratant, qu'il garde sa jolie forme d'origine, qu'on puisse y adapter facilement des éperons et que le bout soit coqué...

     

    On n'a pas fini d'avoir mal aux pieds !

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :