• Le Patient Anglais



    Titre original: The English Patient

    Réalisé par Anthony Minghella (1997)
    Avec Ralph Fiennes, Juliette Binoche, Kirstin Scott Thomas, Wilhem Dafoe

    Inspiré du roman "L'homme flambé" (Michael Ondaatje, 1996)

    Oscars du meilleur film, meilleur second rôle féminin (J. Binoche), meilleur réalisateur, meilleur son, meilleure musique originale, meilleure photographie, meilleure direction artistique, meilleurs costumes, meilleur montage
    Bafta du meilleur film
    Le Patient Anglais
    Synopsis


    En pleine Seconde Guerre mondiale, un homme, voyageant avec une femme, est sauvé des flammes de son avion crashé par des nomades du Sahara. Remis aux Alliés et gravement brûlé, il est incapable de se souvenir de son identité et est inscrit sous le nom de « patient anglais ». À chaque déplacement du régiment médical canadien qui le soigne, ce patient suit. A l'arrivée du régiment en Toscane en 1944, une des infirmières, Hana, ne supporte plus de voir des amis mourir et obtient de son supérieur le droit de s'installer dans un monastère abandonné pour s'occuper des derniers jours du patient anglais.

    Hana et son patient sont rejoints par Caravaggio qui affirme s'occuper des relations entre les Alliés et les résistants italiens, puis par deux démineurs menés par le lieutenant sikh Kip Singh. Chacun des protagonistes cherche à exorciser les fantômes créés par la guerre. Pendant les lectures d'Hérodote et les discussions avec Caravaggio, l'inconnu se remémore sa vie d'avant la guerre (sous forme de flashbacks).

    Il est le comte László Almásy, un aviateur au service d'expéditions archéologiques dans le désert de Libye, auxquelles il participe aux côtés de Britanniques, dans les années 1930. Jusqu'au jour où l'équipe est rejointe par le couple Clifton, et où Almásy va vivre un amour interdit avec Katharine Clifton.


    Mon avis


    Trop, c'est trop.
    Un film trop long (deux heures quarante), des comédiens trop connus (le casting relève presque du fantasme), une histoire trop romantique, des intrigues secondaires trop nombreuses et trop dégoulinantes d'amuuuuur...
    Non. Je dis stop.

    Si vous lisez la 4ème de couverture du DVD, on vous fera croire qu'il s'agit du Docteur Jivago en mieux. Tragique erreur issue d'un mensonge mercantile !
    Là où le Docteur Jivago effleure avec tact les sentiments des personnages, le Patient Anglais nous innonde de sucreries infâmes. Si le premier se déroule dans une Russie déchirée, âpre et sans concessions, le second s'étale avec impudeur dans un Orient fabuleux, directement sorti des idéaux colonialistes les plus béats.
    Et l'histoire - grands dieux.
    A côté, Roméo et Juliette est de la trempe de Germinal, c'est dire.

    Ce film présente un seul avantage. Vous dégoûter à tout jamais des films romantiques.
    Et franchement, ce n'est pas plus mal.

    Bref, malgré ces récompenses dithyrambiques, il ne s'agit pas, mais alors pas du tout d'un grand film.

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :