• Le Diable s'habille en Prada (Lauren Weisberger)

    Titre original: The Devil Wears Prada

    Editions Fleuve Noir (2004)
    Le Diable s'habille en Prada (Lauren Weisberger)
    L'histoire


    Le rêve d'Andrea, étudiante fraîche émoulue de l'université, est de devenir journaliste au prestigieux journal The New Yorker. Les postes étant hélas rares, elle se voit contrainte de se rabattre sur Runway, le plus célèbre des magazines de mode de Manhattan, celui qui lance les tendances et fait les réputations... mais son nouveau poste d'assistante personnelle de la rédactrice en chef, Miranda Priestly, lui ouvre une carrière brillante, à condition que la jeune femme puisse s'adapter à ce monde de strass et de langues de vipère.
    Un univers implacable de dureté dont sa patronne est le centre... et celle-ci va bientôt tenter de briser Andrea sous ses exigences. Mais cette dernière, pour sa carrière future, va tenter de faire front et se montrer à la hauteur de la situation.




    Mon avis


    Dans cette satire du monde de la mode, Lauren Weisberger, pour son premier roman, nous livre des personnages travaillés avec trop de soin. On retrouve la jeune femme innocente, l'amie à problèmes, le petit ami tendre et son rival tellement plus riche et sexy, et bien sûr nombre de portraits de personnages de la mode, flamboyants stylistes homosexuels, assistantes aussi élégantes que retorses... sans compter le personnage de Miranda Priestly, cette rédactrice en chef à la volonté de fer dont les exigences protéiformes sont autant d'épreuves pour la jeune Andrea. Mais les personnages s'arrêtent là. Parfaitement dépourvus de profondeur, se réfugiant en permanence dans des lieux communs d'une banalité affligeante, ils sont incapables de se montrer à la hauteur d'une histoire qui aurait dû être brillante et drôle, et se révèle aussi fade que l'eau d'une flaque.

    J'ai bien évidemment trouvé fort regrettable l'abondance de bons sentiments et de réflexions bien pensantes, sous le fardeau desquelles ce Diable en Prada perd toute dimension de réflexion sociale. On pouvait s'attendre au récit de la transformation d'une étudiante idéaliste en carriériste prête à tout... hélas, il n'en est rien, et tout est bien qui finit bien lorsqu'Andrea découvre que le monde de Runway et de la mode pouvait lui faire perdre son âme. Andrea est un Faust qui recule au moment de signer le pacte, et Miranda Priestly en perd le prestige de démon auquel elle pouvait prétendre et n'a, en réalité, jamais eu.

    Le Diable s'habille en Prada est ainsi une chronique inachevée, mais peut rester un excellent divertissement dont la superficialité fait le seul charme...
    Devrait être réservé à l'usage exclusif des adolescentes en mal de célébrité.

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :