• La semaine d'astreinte : vendredi

    Après un jeudi plutôt agité, il est temps de s'attaquer à de nouvelles aventures, j'ai nommé le dernier jour de la semaine normale des gens normaux, jour de l'amour dans les cultures antiques, j'ai nommé le vendredi.

    Le vendredi, c'est staff.

    Quand je suis arrivée en salle de staff, ma Co était déjà là. Elle a jeté un œil sur moi et a annoncé :
    — Ah, l'astreinte a été dure, tu as la tête des grands jours ! Va falloir nous raconter tout ça !

    Peu à peu, la salle de staff se remplit : autres Chefs-Chéris, anesthésistes, externes, madame la vénérable cadre de santé, infirmière représentant le corps IDE du service, etc.
    Les externes lancent leur PowerPoint et le staff commence. Je le présente avec une voix de vieux pirate, et Chef-Chéri commente avec lui aussi une voix de vieux pirate.
    Trois heures plus tard, à la fin du staff, Chef-Chéri, hilare, lance à la cantonade :
    — Devinez à quelle heure Stockholm m'a appelé, cette nuit ?
    — Une heure ?
    — Deux heures ?
    — Six heures ?
    — Noon, trois heures ! Pour me parler d'un patient qui n'était même pas pour nous :)
    L'anecdote semble le divertir au plus haut point ; au final, malgré la perte d'une heure et demie de sommeil dans la bataille, je commence aussi à trouver ça marrant.

    Puis c'est la visite. Les externes dédrainent.

    Puis c'est l'après-midi. Une heure au téléphone avec un interne d'un service de médecine pour regarder un scanner d'un de ses patients (« Nan mais les radiologues me disent que l'image de l'aspergillome a pas bougé depuis lundi, mais je veux que tu le vois pour être sûr. ») Mais pas moyen de faire afficher le patient, et encore moins son scanner. Au final, il m'a filé son mot de passe pour le portail des examens complémentaires, et le scanner a réussi à faire planter trois fois le putain de PC de l'hôpital. D'un autre côté, intégrer le visualiseur d'images à Internet Explorer, c'est un peu chercher les emmerdes.

    Puis l'une des réas appelle, un avis à donner. Puis les Urgences pour un trauma thoracique : avec la saison des cerises, il n'y a pas que les fruits qui tombent de l'arbre. La réa est loin et l'avis pas pressé, je fais un crochet par les Urgences.
    Puis un infirmier libéral m'appelle, parce que j'ai prescrit de l'Hypafix pour les pansements alors que lui préfère le Tégaderm. Il faudra envoyer l'ordonnance par courrier au beau-frère de la patiente, parce qu'elle n'a pas voulu retourner chez elle tout de suite. Je le note sur un bout de papier, ça attendra lundi que les secrétaires reviennent.

     Le temps de tout faire, il est l'heure du dîner. Ce sera chez mes parents, fuck l'astreinte !

    Au moment du dessert, après le clafoutis, le téléphone sonne : c'est la dame de pneumo opérée hier qui a très très mal au ventre, ne parle très très pas, et a très très besoin qu'on aille la voir, parce que ce serait con qu'elle fasse l'appendoc, avouez, on a le droit d'être stressée et appendiculaire à la fois.
    En plus, elle est très très constipée et n'a très très pas voulu faire le Normacol, et comme elle a très très de la morphine, ça n'arrange très très pas les choses. 

    Au final, elle a un ventre très très souple, pas un pète de fièvre, enfin tout serait très très rassurant, si elle n'était pas recroquevillée (autant que son poids le lui permette, faut pas déconner non plus) au fond de son lit en gémissant dès qu'on la touche, et qu'il faut s'y reprendre à trois fois pour lui faire ouvrir les yeux.
    Doute.
    Conduite à tenir en cas de doute : faire un bilan standard + un préop et appeler son chef. Une écho ? Avec la graisse et l'air, le radiologue ne verra pas grand'chose. Un scan ? Chai pô... attendons le chef !

    Arrive Chef-Chéri, d'autant plus fringuant que c'est pas le même que la veille. Chef-Chéri pose une main sur le ventre de la dame, constate qu'elle semble s'éveiller davantage quand on lui parle de Normacol (Ah non alors !!!), qu'elle va bien, que le bilan va bien, qu'on lui donne des antalgiques, qu'on surveille et pis qu'on voit.

    Je respire.

    Pause.

    Je monte sur le toit de l'hôpital, lieu désaffecté, abandonné de tous. Autrefois, il y avait le self, sous une véranda. Maintenant, il y a de la poussière, et, sur la terrasse, trois cent soixante degrés de liberté. Vue panoramique ; le sommet de l'hôpital est, après un château d'eau et une tour de quinze étages, le point le plus haut de la ville, plus haut que les flèches de la cathédrale. Le soleil se couche entre des nuages dorés de pluie, et les hirondelles me frisent de leurs ailes noires.

    Ambiance. 

    Sur les toits


    (Photo à moi, placée sous la même licence CC que le reste.)

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    1
    "Bougie
    Dimanche 13 Juin 2010 à 06:40
    L'internat de chirurgie est difficile et long +++ mais tu sembles faire du beau boulot. Je lis ton blog assez souvent et je tenais à te souhaiter courage (même si cela paraît inutile de la part d'un inconnu).
    2
    Dimanche 13 Juin 2010 à 13:05
    Merci, c'est le genre d'encouragements qui fait toujours plaisir :)
    3
    Dimanche 13 Juin 2010 à 15:02
    je vous lis du fond de mon lit (bête chute dans un escalier au congres à paris- trauma genou)
    comment avez vous réussi à faire une photo telle qu'on ne reconnaisse pas la ville ?
    j'aime vous lire ça me rapelle mes gardes aux urgences et mes stages hospitaliers . ptit coup  de nostalgie
    4
    AlineA+
    Dimanche 13 Juin 2010 à 15:35

    courage et surtout merci pour tes posts, toujours aussi inspirés and "so realistic"!


    5
    Dimanche 13 Juin 2010 à 17:18
    @ zigmund : bon courage, et surtout patience ! Pour la photo, un fort contraste aide, bien que les gens de ma ville n'éprouvent sans doute pas de mal à reconnaître ce volcan emblématique ;)

    @ Aline : merci :) 
    6
    Sandra26
    Mardi 15 Juin 2010 à 16:49
    En effet, sans même observer la photo à la loupe, le relief me semblait familier ;-) Je trouve votre blog très intéressant. Bonne continuation !
    7
    Mardi 15 Juin 2010 à 19:00

    @ Sandra : n'est-ce pas ^^ Et merci :)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :