• L'autre sexe

    [...] En effet, l'homme représente aujourd'hui le positif et le neutre, c'est-à-dire le mâle et l'être humain, tandis que la femme est seulement le négatif, la femelle. Chaque fois qu'elle se conduit en être humain, on déclare donc qu'elle s'identifie au mâle. Ses activités sportives, politiques, intellectuelles, son désir pour d'autres femmes sont interprétés comme une « protestation virile »; on refuse de tenir compte des valeurs vers lesquelles elle se transcende, ce qui conduit évidemment à considérer qu'elle fait le choix inauthentique d'une attitude subjective. Le grand malentendu sur lequel repose ce système d'interprétation, c'est qu'on admet qu'il est naturel pour l'être humain femelle de faire de soi une femme féminime : il ne suffit pas d'être une hétérosexuelle, ni même une mère, pour réaliser cet idéal ; la « vraie femme » est un produit artificiel que la civilisation fabrique comme naguère on fabriquait des castrats ; ses prétendus « instincts » de coquetterie, de docilité, lui sont insufflés comme à l'homme l'orgueil phallique.

    Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, tome II (1949)

     

    — Non mais toi dans ta tête t'es un mec.

    Un Co-interne mâle, pour qui ce n'était pas un compliment.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Dr_Ventouse
    Mardi 20 Décembre 2011 à 09:53

    Livre lu quand j'avais 20 ans, m'a fait l'effet d'une bombe. 

    Une révélation. Ma révélation.

    Dans des moments de doutes, je me relis certains passages choisis, histoire de ne pas oublier qui je Suis.

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :