• L'adieu aux armes

    J'ai retrouvé ça au fond de mon disque dur. Comme les premiers posts de ce blog peuvent le prouver, j'aime écrire, même si ce n'est pas toujours bien réussi...

    Ce jour-là, il s'agissait d'un exercice de style (sur l'excellent forum MacGénération, d'ailleurs, où les meilleurs fils sont ceux qui ne parlent pas d'informatique) sur le thème L'Adieu aux Armes. Il fallait composer un sonnet avec, quelque part dedans, les mots sabre, plaine, vent, lointain et pourpre :



    Sabre au fourreau, et l'âme allant sans espérance,
    L'homme aux yeux clairs se trouvait seul, face au vent
    Qui emportait, avec son calme déchirant,
    Les sages oiseaux noirs à l'éternelle errance.

    Depuis les monts vides où fleurit la pâle astrance,
    Il avait perdu et ses rêves et son allant
    Guerrier, qui par les plaines l'avait mené, chantant
    Sans fin de cent combats lointains l'attirance.

    L'ombre diaprée recouvrait un soir nouveau ;
    Le destin sombre, dévidé son écheveau
    De pourpres et de larmes à la saveur étrange,

    Rendait à l'âme ses plus grandes libertés
    Et l'âpre soif du sauvage renouveau
    Enivre le soldat mort d'une ineffable paix.
     

    Tags Tags : , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :