• Karma

    Il y a des Chefs-Chéris, je ne sais pas ce qu'ils ont fait dans une autre vie, mais ils ont un pot pas naturel sur leurs astreintes. Soit ils sont morts dans des maisons en flammes en sauvant un petit nenfant, soit ce sont les types les plus cocus de la région.

    Il y en a d'autres, au contraire, qui ont dû diriger trois génocides quand on voit la merde qu'ils se prennent sur leurs astreintes. Merde qui, forcément, retombe en premier lieu sur l'interne (sinon c'est pas rigolo).

    Prenons un exemple simple.

    Astreinte avec Chef-Chéri n°Ying :
    Boooon, je vais aller faire mes courses en vitesse à 18 h, puis je vais aller à mon cours de kendo jusqu'à 20 heures, et puis je vais me coucher tranquille et puis dormir un brin, nan ? Puis ce week-end, je peux prévoir d'aller déjeuner peinarde chez mes parents, vu qu'on aura fini la visite et globalement tout le travail de la journée sur les coups d'onze heures et demie (du matin)...

    Astreinte avec Chef-Chéri n°Yang :
    Ouais, contre-visite finie à huit heures du soir, une merde pas possible aux Urgences, et un patient du service sur deux qui ne va pas bien... Plus la femme de monsieur Truc qui veut qu'on lui explique pourquoi son mari n'est pas encore sortant... Plus OH MERDE MON FRIGO EST VIDE ET J'AI PAS LE TEMPS D'ALLER MANGER CHEZ MES PARENTS. Plus un coup de fil toutes les heures du service, à chaque fois pour un patient différent, de minuit jusqu'à six heures du matin (chaque coup de fil parfaitement justifié, en plus). Plus un patient à voir aux Urgences à sept heures du matin. Plus OH MON DIEU J'AI PAS COMMENCÉ À DICTER LE STAFF. Plus OUH PUTAING JE SUIS PAS PASSÉE VOIR LES PATIENTS DE RÉA. Plus — oh chier, j'ai trois quarts d'heure de retard pour les consults, tant pis, ils attendront. Plus, si j'ai de la chance, un syndrome de Lyell et quatre patients à reprendre au bloc sur le week-end.

    Et ce n'est pas une subjectivité cachée dans ma tête.

    Les infirmières disent la même chose. Quand Chef-Ying est d'astreinte, elles n'en fichent pas une ou presque. Quand c'est Chef-Yang, ça devient Beyrouth.

    Co-Interne dit la même chose. Chef-Ying, c'est cool, Chef-Yang, c'est mort.

    Après, il y a des nuances, bien sûr : les autres Chefs-Chéris ont plus ou moins de pot selon les semaines.

    Mais la conclusion est indiscutable : Karma's a bitch. 

     

    Karma's a bitch

     

  • Commentaires

    1
    Askap
    Lundi 18 Octobre 2010 à 09:18

    Peu être un peu moins tranché, mais il y a aussi les journées à thème, voire les semaines à thème... Aux urgences, la journée à thème doigts passé dans la tondeuse, où sous le marteau de 1,5 Kg, génial j'adore ça, mais la journée à thème "j'ai fait un malaise", beuâârk...

    2
    Lundi 18 Octobre 2010 à 13:57

    A ce propos, l'honnêteté intellectuelle me force à rajouter que, la semaine dernière, Ying et Yang se sont inversés. Et que l'inversion a connu son paroxysme cette nuit (la première en six mois où j'ai opéré avec Chef-Ying, il était temps...).

    3
    **Mimi** Profil de **Mimi**
    Lundi 18 Octobre 2010 à 23:14

    Le top du top, c'est d'observer la potentialisation des acteurs entre eux.

    Je veux dire, je suis yang, et certains urgentistes aussi. Les soirs où on arrive aux urg en même temps, les infirmiers soupirent en nous voyant, et filent reprendre un café tant qu'il est encore temps, parce qu'ils savent déjà que la nuit va être longue ! Et ça se vérifie très (trop) souvent.

    J'ai une co-interne yin, toutes ses gardes elle les passe au bloc à faire des trucs sympa, alors que mes gardes à moi, c'est merdouillages en chaîne aux urg, et zéro bloc au milieu (voui, pour un interne de chir, le bloc en garde c'est la chance suprême !)

    Et sinon... pourquoi tu rayes tes phrases ? Faut pas, c'est pas méchant, c'est descriptif... 

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :