• Inishowen (Joseph O'Connor)

    Titre original : Inishowen (2000)
    Inishowen (Joseph O'Connor)
    L'histoire


    Ellen, une Américaine à l'esprit bien trempé, née en Irlande, en a assez de son mari, un chirurgien esthétique volage, de ses enfants, des ados insupportables. Elle décide donc de partir sans préavis rejoindre son Irlande natale, très idéalisée.
    Martin est flic à Dublin, dépressif, suite à la mort de son fils. Il va ramasser Ellen lorsqu'elle fera un malaise dans la rue et, par un enchaînement de circonstances, partira avec elle à Inishowen, à la pointe de l'Ulster. Inishowen, l'endroit où est enterré son fils, et où Ellen est née de parents inconnus.
    Pendant ce temps, le mari d'Ellen, aux cent coups, va rameuter sa famille en déliquescence pour retrouver sa femme - car Ellen souffre d'un cancer du pancréas. Et, pendant ce temps, en Irlande, les Troubles menacent...


    Mon avis


    Ce résumé, comme vous pouvez le voir, déborde tout simplement d'enthousiasme... Difficile de résumer avec neutralité un livre qu'on n'a pas aimé. Décidément, j'aurais mieux fait de me fier à la quatrième de couverture, annonçant une romance dégoulinant de bons sentiments. Il ne faut jamais croire les critiques dithyrambiques des gens qui vous recommandent des bouquins - sauf si vous les connaissez bien.
    Inishowen est un pavé se lisant bien, bourré de clichés. Il y a l'irlando-américaine fanatique de l'île d'Emeraude (rapidement saoûlant) et qui, bien entendu, ne capte rien à se qui s'y passe. Il y a le flic usé par la vie et le deuil, un peu alcoolo au whiskey, et qui va renaître grâce à sa rencontre avec l'IRL-US vue plus haut. Il y a le chirurgien esthétique accro au pognon et au boulot qui saute, de préférence à l'hôtel, tout ce qui bouge, qui a moins de vingt-cinq ans et qui est habillé comme un prostituée de haut vol. Il y a les adolescents, garçon et fille (ne soyons pas sexistes !), piercés, amateurs de hard-rock, mais qui aiment bien papa-maman malgré tout. Il y a, aussi, le plouc américain millionnaire (ne nous refusons rien), et deux ou trois petites frappes dublinoises aussi insipides que la pluie un matin d'hiver. Sans compter les bonnes soeurs croisées ici et là dans une très catholique Irlande du Nord (?).
    Je vous dis que j'aurais dû me méfier ! J'ai été appâtée avec des mots-clefs bien choisis qui laissaient croire à un nouvel <Eureka Street> mâtiné de thriller irish sauce.
    En gros, exactement l'inverse de la réalité...

    Ah, si vous aimez les bons sentiments et le politiquement correct, vous serez servis. O'Connor nous ressort tous les clichés sur l'histoire de l'Irlande, version maison et version américaine. L'histoire familiale d'Ellen est particulièrement touchante, sortez les mouchoirs... Mère catholique innocente, père protestant jeune et mal dégrossi, dans un contexte de paysannerie hibernienne ignorant soigneusement les véritables problèmes de l'époque... Bébé abandonné à la naissance, le papa-gamin parti pour l'Angleterre, la mère qui entre au couvent expier ses pêchers... J'en ai assez dit, ou vous voulez que je continue ?

    Non, franchement, Inishowen est un livre à éviter. Personnages clichés, situations à faire pleurer dans les chaumières, profondes réflexions aseptisées avec soin... Passez votre chemin, sauf, bien sûr, si vous aimez ça.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :