• Vraiment fantastique !
    Pour plus d'illusions d'optique époustouflantes, visitez ce blog, dont l'auteur se consacre à la recherche des belles illusions. L'une de mes préférées est celle-ci, bien que je n'arrive à voir que l'une des deux illusions qu'elle contient. Qu'en pensez-vous ?

    En médecine aussi, il existe des illusions d'optique, plus particulièrement en radiologie. Des images vasculaires simulent des traits de fracture, des superpositions de tissus mous se font passer pour des déformations... L'été dernier, lors de mon passage en radiologie, mes co-externes et moi avions passé de longs moments à feuilleter un livre regroupant ces anomalies trompeuses, en cachant les légendes pour essayer de deviner les réponses. 

    An atlas of normal roentgen variants that may simulate disease
    Theodore Eliot Keats (1979) 

     


    votre commentaire
  • Nouvelle révolution dans le monde des nouvelles technologies : l'iPad, de la Pomme, croisement entre un MacBook et un iPhone, sûrement pour le meilleur. Et ce qu'en dit Nitrozac :

    Joy of tech iPad

     

    votre commentaire
  • C'est bien simple, si le prince de la culture geek est Hugo Weaving, pour avoir interprété l'agent Smith et Elrond le Semi-Elfe, la princesse en est Zoë Saldaña.

    Si, quand un mec regarde Hugo Weaving, il se sent transporté par sa capacité à manier un Anneau de Pouvoir tout en s'attaquant à l'Élu, quand une fille regarde Zoë Saldaña, ce qu'elle voit, c'est d'abord celle qui a embrassé Spock. Puis, maintenant, l'actrice derrière le personnage féminin le plus remarquable de ces dix dernières années, Neytiri.

    D'autres concurrentes sérieuses étaient pourtant en lice. J'ai délibérément laissé de côté Liv Tyler, l'Arwen de Peter Jackson (qui est tellement éloignée du personnage original que c'en est à vomir), ainsi que Miranda Otto (Eowyn de Rohan, parce que je honnis l'adaptation de Peter Jackson de toutes façons).



    Carrie Fisher LeiaTout d'abord, Carrie Fisher, plus connue pour être la princesse Leia. Au niveau Star Wars, Leia est ce qui se fait de mieux — je ne compte pas cette lavette de Padmé. Examinons un peu son CV : leader de la Rébellion, capable de participer à un commando de temps en temps, d'étrangler une limace géante avec une chaîne tout en portant un bikini doré, et d'envoyer Han Solo préparer le repas. Elle est la fille de Dark Vador, et on sait pourquoi. C'est même à se demander pourquoi son frère est celui capable de manier la Force — mais peut-être la Force s'est-elle dit que doter Leia de tels pouvoirs ne serait pas fair play. Et, scénaristiquement, un seul film aurait suffit pour voir la fin de l'Empire — et encore, un court-métrage de dix minutes. Pas de destruction d'Alderaan, mais, à la place, tout le haut commandement de l'Empire réduit en miettes, et une fille à chignon debout au milieu, un pied sur le cou de Dark Vador.
    Seul hic m'empêchant de décerner la médaille d'or à Carrie Fisher : elle n'a pas renouvelé l'exploit, Leia demeurant à ce jour son seul personnage doté d'un tel caractère. Rôle hors du commun, certes, mais le seul.

    Carrie-Anne Moss TrinityEnsuite, Carrie-Anne Moss, la Trinity de Matrix (oui, je fais dans le désordre, en j'en suis fière). Au premier abord, c'est un personnage fort et tout ce que vous voulez, bon substitut à Leia. Mais, car il y a un mais, Trinity, malgré ses grands airs et son habileté à maîtriser la Matrice, a un cœur de greluche.
    Oui, Trinity, avec son visage anguleux et ses talents au combat rapproché, est une bonne héroïne.
    Oui, elle peut porter des vêtements moulants en cuir noir genre « soirée latex BSDM » et ne pas avoir l'air d'une pute.
    Oui, elle peut faire sauter le crâne d'un Agent avec chic et classe.
    Oui, elle peut se faire télécharger dans le crâne un programme de pilotage d'hélicoptère, ramener Néo à la vie, faire crier merci au Mérovingien, et plus encore. 
    Mais, hélas, trois fois hélas, son personnage n'est que cela. Et, par moments, une tendre amoureuse, dans une schizophrénie bizarre. Trinity n'a pas la profondeur scénaristique de Leia. Elle est la bien aimée de Néo, donc elle est amoureuse, et capable de réduire en miettes une colonne de chars d'assaut. On ne retrouve pas la complexité de Leia. C'est dommage, bien que cela ne gâche en aucune manière le film. Trinity ne se définit qu'en regard de Néo.
    Une fois les critiques achevées, il n'en reste pas moins que Trinity est le symbole de toutes les filles qui savent ce que signifie sudo rm -rf /.
    Mais, tout comme Carrie Fisher, Carrie-Anne Moss n'a pas eu — à ce jour — d'autre rôle de geekette-en-chef. Sa Trinity était prometteuse mais, pour l'instant, on n'a rien vu venir d'autre. 

    Uma Thurman Irene CassiniUma ThurmanLa muse de Tarantino. Qu'il s'agisse de gagner un concours de twist ou de découper du méchant à grands coups de sabres, c'est elle qui est appelée. Remarquons toutefois que Mia Wallace n'a rien de la geekette de base. Je vous accorde que la Mariée envoie du très, très lourd. Mais, mais, l'art de manier le katana est peu en rapport avec les sphères plus abstraites de la logique, de la programmation, ou de manière plus générale de la science-fiction et de la fantasy.
    Sa participation à Gattaca — Irene Cassini, un bon rôle pour une bonne actrice — pourrait la qualifier pour le titre, si son astronaute en devenir n'était pas plus l'incarnation d'un concept qu'un personnage de chair et de sang.

    Sigourney Weaver. Ellen Ripley, et tant d'autres. Une très grande dame du cinéma, reine-mère au royaume des Geeks et non pas vulgaire princesse. La voir dans Avatar, en tant que scientifique fumant comme un pompier, et jurant comme un charretier, est un pur bonheur.
    Et n'oublions pas son rôle oublié d'actrice-jouant-la-blonde dans Galaxy Quest. C'est un plaisir coupable, comme manger un caramel en sortant de chez le dentiste.
    Sigourney Weaver étant placée hors concours par sa personnalité et sa carrière imposant le respect, passons à la suite.

    Milla Jovovich LeelooMilla Jovovich. Ah, cas intéressant que nous avons là.
    Évidemment, son rôle le plus célèbre est celui de Leeloo, dans le Cinquième Élément. Qui ne se souvient pas avec émotion de ce petit bout de femme à moitié nue, aux cheveux oranges, en train de régler leur compte aux si laids aliens ? La chanson du générique aurait pu être Ne la laisse pas tomber, elle est si fragile, être une femme libérée, tu sais c'est pas si facile etc. On peut toutefois argumenter que Leeloo ne fait que suivre son instinct tout au long du film. Cela enlève-t-il quelque chose à la force de son personnage ? Sans doute, car elle ne réalise pas un choix délibéré, conscient, entre une chose et son contraire. Leeloo, l'être parfait, sans être idiote, a laissé une partie de son libre-arbitre de côté.
    Ceci dit, elle possède à la fois les talents de Beatrix Kiddo et la détermination de Trinity, ce qui en fait un personnage éminemment respectable. Hélas, leurs défauts sont aussi les siens — même l'être parfait n'est pas si parfait que cela. Alors qu'elle aurait put être une sorte de Spock féminin croisé de kendoka, Leeloo est... quelque chose d'autre. Difficile de décrire rapidement ce personnage.
    Milla Jovovich a par ailleurs tourné dans le film tiré du jeu Resident Evil et quelques autres films de science-fiction que je n'ai pas vu et suis donc incapable de juger. Mais, paraît-il, rien de fracassant.
    Quelle est donc cette malédiction qui empêche les actrices non-Weaver de tenir plus d'un rôle majeur d'héroïne de SF ? Mais l'une d'entre elle semble y avoir échappé...

    Zoe Saldana Neytiri



    Zoe Saldana Uhura SpockZoë Saldaña. Qui, en 2009, a incarné deux fantasmes de toute geekette bon teint :
    1. embrasser Spock à la face du monde en général, et de Kirk en particulier,
    2. chevaucher un lion extra-terrestre ainsi qu'un ptérodactyle meurtrier, planter deux flèches plus grosses que mon avant-bras dans le thorax du Colonel, avoir des oreilles pointues, cracher comme un chat quand on l'emmerde, tout en étant une princesse de son peuple.
    Mais ne mélangeons pas, et reprenons dans l'ordre. Uhura, nouvelle version, est d'abord un cerveau — polyglotte, et logicienne au point de clouer le bec de Spock — haut officier du fleuron de la flotte de Starfleet. Et Spock est son amant.
    Pour le reste, est-il nécessaire d'expliquer pourquoi Neytiri est le meilleur personnage féminin porté à l'écran depuis... peut-être bien la princesse Leia, et ça commence à faire une paye d'années ?
    Autant dire que Zoë Saldaña, en incarnant deux pareilles héroïnes, remporte haut la main la palme d'or de l'actrice la plus geek. Et j'attends avec impatience la suite de sa carrière.

     

     


    3 commentaires
  • Frodon tira le DVD d'installation de Windows 7 de la poche de sa culotte et le tendit lentement à Gandalf. Il parut soudain très lourd, comme si lui ou Frodon lui-même répugnait à laisser Gandalf le toucher.
    Gandalf l'éleva. Il parut être un disque optique massif.
    A l'étonnement et au désarroi de Frodon, Gandalf jeta le DVD dans le four à micro-ondes. Frodon poussa un cri et voulu rouvrir la porte, mais Gandalf le retint et appuya sur « Réchauffage jet ».
    - Attendez, dit-il d'une voix autoritaire, jetant à Frodon un regard rapide de sous ses sourcils hérissés.
    Aucun changement apparent ne se produisit sur le DVD. Après un moment, Gandalf se leva, ferma les volets à l'extérieur de la fenêtre et tira les rideaux. L'obscurité et le silence envahirent la pièce. Le magicien se tint un moment le regard fixé sur le plateau tournant du four ; puis il se baissa, ouvrit la porte du micro-ondes et retira le DVD aussitôt. Frodon sursauta.
    - Il est tout à fait froid, dit Gandalf. Prenez-le !
    Frodon le reçut sur sa paume contractée : l'objet semblait être devenu plus épais et plus lourd que jamais.
    - Élevez-le ! dit Gandalf. Et regardez attentivement !
    Le faisant, Frodon vit alors des lignes fines, plus fines que les plus fins traits d'une plume, qui courraient autour du disque sur sa face gravée : des lignes de feu qui paraissaient former les caractères d'une inscription. Elles brillaient d'un éclat perçant et pourtant lointain, comme d'une grande profondeur :

    14B8576CAC12413AEB2ED4FA5E6F7D78E78BEDE8209450920F923A40EE10E510CC98D444AA08E1324411F4F69498BE1B1351D8B1

    - Je ne puis lire les lettres de feu, dit Frodon d'une voix mal assurée.
    - Non, dit Gandalf, mais moi, je le peux. Les lettres sont de l'hexadécimal, d'un mode antique, mais la langue est celle de Microsoft, que je ne veux pas prononcer ici. Voici toutefois en langue commune ce que cela dit, assez littéralement :

    Un OS pour les gouverner tous, un OS pour les trouver,
    Un OS pour les amener tous et dans les ténèbres les lier,
    Au pays de Redmond où s'étendent les ombres.


    4 commentaires
  • Une bonne raison de ne pas mélanger la logique et les dessins animés chez Saturday Morning Breakfast Cereal :

    SMBC

     

    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique