• Fahrenheit 451 (Ray Bradbury)

    Titre original: Fahrenheit 451

    Publié en 1953 (USA)
    Fahrenheit 451 (Ray Bradbury)L'histoire


    Guy Montag est pompier. Son métier est simple: préserver avec un soin jaloux la société de ce poison distillé par les livres. Les livres, jamais d'accord entre eux, les livres, qui font réfléchir et ainsi rendent malheureux, les livres, qui rendent insatisfaits, les livres, engrais si riche de la pensée, les livres, bannis d'une société pas assez parfaite où le bonheur, la satisfaction immédiate, ont remplacé la réflexion et l'étude.

    Et Montag est heureux de son métier, si utile à l'équilibre de la société, jusqu'à ce qu'il rencontre  Clarisse MacClellan, mélancolique jeune fille asociale aux accents de douceur et de poésie. Clarisse lui fait souvenir du sens du jaune laissé par une fleur de pissenlit frottée sur un menton, du goût de vin de la pluie et de l'odeur de caramel du papier des livres... Car Montag a commencé à braver l'interdit en volant certains des livres qu'il était chargé de brûler.

    Et il va se mettre à les lire, et à vouloir les comprendre.

    Mais la lecture est un crime, et le monde de l'ancien pompier va s'écrouler. Désormais hors-la-loi, Montag va affronter, dans un violent combat moral, son ancien supérieur, le capitaine Beatty et trouver un frère en la personne d'un ancien professeur de littérature, Faber, un vieil homme replié sur ses rêves.
    Et Montag de risquer sa vie pour sauver quelques phrases retenues de ses lectures, et tenter de faire renaître, après la guerre, la culture (au sens noble du terme, sans connotation de snobisme) de ses cendres.


    Mon avis


    Fahrenheit 451 n'est pas un roman de science-fiction. C'est une fable hors du temps, qui pousse un cri d'alarme pour éviter la survenue de ce qu'elle narre.

    Avec un immense talent de poète et de conteur, Ray Bradbury nous trace le portrait d'une société où, non seulement les livres sont brûlés, mais où tout intérêt pour la littérature et tout ce qui dépasse le niveau de la télé-réalité a disparu. La culture est atrophiée, et les seuls "livres" qui ont survécu sont des revues pornographiques. Juliette et le Christ ont tous deux rejoint les contes de Grimm dans l'oubli collectif, et la superficialité de cette société de consommation n'est pas sans évoquer Le Meilleur des Mondes d'Huxley.

    Ce texte de plus de cinquante ans conserve une actualité dérangeante. Destiné à l'origine à dénoncer les excès du maccarthisme, Fahrenheit 451 trouve aujourd'hui une nouvelle résonnance dans le nivellement par le bas auquel nous assistons. Car Marc Lévy et Amélie Nothomb, tout aussi doués soient-ils, ne peuvent prétendre au statut d'écrivains majeurs qu'ils se sont attribué. Ils vendent des livres. La littérature est un commerce, et, devant le battage organisé à chaque rentrée littéraire, qui se souvient des rimes de Nerval et d'Apollinaire ?
    Et les coquillages de Bradbury, un autre des verrous de la prison du divertissement permanent, ressemblent étrangement aux
    oreillettes des i-Pods devenus omniprésents.

    Fahrenheit 451 est une oeuvre foisonnante qui aborde une foule de thèmes. La liberté d'expression, la déculturalisation, la tyrannie du politiquement correct et le devoir de révolte n'en sont que les principaux. Mais il est impossible de réduire ce livre à un chef d'oeuvre de contre-utopie car, plus que cela, plus qu'un appel vibrant à la réflexion sur notre société, Fahrenheit 451 est un texte d'une rare qualité. Ses personnages, bien que stéréotypés, vivent entre ces pages avec une énergie débordante et ont une violente soif d'exister. Encore une fois des personnages que leur force rend impossible à oublier, en grande partie grâce au style particulièrement riche et imagé de Bradbury.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    la rebelle
    Mercredi 30 Juillet 2008 à 18:53
    il est génial ce livre....
    2
    Loup des Neiges
    Jeudi 18 Septembre 2008 à 23:44

    C'est grâce à Fahrenheit que je suis tombé sur ce blog. Ayant trouvé le commentaire digne d'intérêt, je l'ai exploré (plutôt une simple reconnaissance) et j'y reviens régulièrement (et je vois que nous sommes nombreux à le faire).

    Revenons à nos moutons incendaires.

    Hum, pour en débattre il faudrait que je relise Fahrenheit 451 car j'ai oublié de nombreux détails. Mais à un moment où tout le monde passe aux écrans plats géants (même made in China), il serait peut-être bon de repenser aux murs-écran de Bradbury, véritables cellules virtuelles décervelantes...

    Peut-être que garder juste une petite télévision comme le fait le professeur, le seul allié de Montag, serait plus sage (je parle mais j'écris sur un écran 20 pouces... d'accord mais c'est un mac).

    Une autre scène qui me marque encore est celle où Montag voit sa propre poursuite sur les écrans des autres et reste là à regarder, fasciné.

    Pour savoir ce qui serait arrivé si les bombes n'avaient pas éradiqué cette civilisation de zombies, mais qu'au contraire ce système se serait répandu sur la Terre entière (comme un petit air d'aujourd'hui...), un conseil : avoir lu "La Planète des Singes", de Pierre Boulle...


    3
    Vendredi 19 Septembre 2008 à 16:58
    Bradbury est un visionnaire... Ses textes figurent parmi les rares oeuvres de science-fiction à être indémodables (les robots d'Asimov, par exemple, ont pris un sacré coup de vieux). Sans doute parce que, bien que ses récits soient ancrés dans le futur, il s'agit d'allégories - de Candide à Bradbury, les allégories sont éternelles, parce que la nature humaine ne change pas. Transporter les problèmes dans une société "autre", de la Perse à un futur imaginaire, permet de mieux faire ressortir les thèmes inchangeables de la liberté, du conformisme, des nouvelles technologies...
    Pour tirer le parallèle encore plus loin, le livre de l'Apocalypse, lu au premier degré, laisse présager une fin du monde imminente. Et il en a été ainsi depuis son écriture, il y a bien des siècles... Sans oser prédire une telle longévité aux textes de Bradbury, je trouve que les mêmes éléments d'intemporalité sont présents dans ces deux textes.

    Fahrenheit est un livre qui fait réfléchir - pour le meilleur - et il en restera longtemps ainsi, heureusement !
    4
    Loup des Neiges
    Samedi 20 Septembre 2008 à 10:57

    Sans vouloir abuser du commentaire qui s'ajoute à un commentaire (mais c'est tentant de répondre), si on ne peut pas nier le côté "prophétique" de Bradbury, qui fait que son oeuvre s'apparente plus à de l'anticipation qu'à de la science-fiction, Asimov n'est pas en reste, posant avant l'heure la question de l'émergence d'une âme au sein d'une création robotique purement artificielle. Pour s'en convaincre, il n'y a qu'à lire quelques-unes de ses nouvelles dans "Le robot qui rêvait" par exemple. Peut-être est-il encore trop en avance sur notre temps, mais l'intelligence artificielle (qui risque de se montrer fort chaotique et capricieuse si elle se base sur Windows...) ne tardera probablement pas à émerger, un jour ou l'autre.

    Et les mêmes comportements et caractères que décrivait Voltaire apparaîtraient chez les machines ? Pourquoi pas...

    Ce serait alors la fin d'un monde. Celui du règne absolu de l'Humain, qui pensait s'affranchir du Divin, puis de la Nature, pour se retrouver face au mystère de ce qu'il croit être ses propres créations ?

    5
    Elève de 4e
    Jeudi 25 Février 2010 à 12:13

    Mon professeur de français nous a conseillé ce livre parmi une grande liste de bouquins. Je ne sais pas pourquoi, j'ai tout de suite su que cette histoire me plairait. C'est un des ouvrages les plus beaux que j'ai eu l'occasion de lire ( après la " La Rivière à l'envres " de Jean-Claude Mourlevat...).

    6
    Dimanche 21 Novembre 2010 à 17:20

    Bonjour à tous ! J'ai absolument besoin de votre aide !


    J'ai un exposé à faire pour DEMAiiN sur ce livre avec pour thème " Montag et la nature " et je ne sais vraiment pas comment m'en sortir alors svp aidez moi !! 


    Si ça peut vous aidez j'ai un plan :


    Intro : quel est l'interêt de la question et du sujet ?


    Annonce du plan : Quelles seront les parties qu'on annoncera ?


    Analyse : Tout est lié à des citations du texte


    Conclusion : Quelles sont les reponses que vous avez aportez à la question ?


    Merci d'avance !  :)

    7
    Dimanche 21 Novembre 2010 à 18:27

    Lis le livre, utilise ton cerveau, et travaille. Je ne fais les devoirs de personne.

    8
    Dimanche 21 Novembre 2010 à 20:19

    Je ne demande pas qu'on fasse le travailà ma place mais qu'on m'aide simplement

    9
    Lou16
    Dimanche 28 Novembre 2010 à 16:54

    Bonjour;

    Je suis trés lectrice mais suis a une problème je souhaiterait savoir si on pouvait me renseigner sur un certain personnge appeller Faber . Merci beaucoup

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :