• Eureka Street (Robert McLiam Wilson)

    Titre original: Eureka Street (Irlande du Nord) (1996)
    Eureka Street (Robert McLiam Wilson)
    L'histoire


    Belfast, Irlande du Nord, 1992
    Dans un fourmillement de vie, les histoires s'entremêlent - celle de Jake Jackson, catholique au chômage dont le coeur a été brisé par une Anglaise ; celle de Churkie Lurgan, son ami protestant dont le nom sonne comme un slogan républicain, et qui, de subventions en affaires improbables, va brasser les millions.
    Les personnages secondaires eux aussi ont leur histoire, depuis Aoirghe, une militante du Sinn Féin au caractère bien trempé, jusqu'à Roche, gamin des rues, en passant par Max l'Américaine, qui voulait fuire à Belfast la violence yankee, et tant d'autres, tandis qu'un mystérieux sigle OTG fleurit sur les murs.

    Mais le personnage principal du livre est la ville de Belfast, où, au milieu des meurtres et des attentats les habitants vivent, tout simplement. Belfast est omniprésente, oscillant entre humour et tragédie. Belfast, où un attentat n'est pas revendiqué parce que toutes les cabines téléphoniques de Falls Road ont été vandalisées. Belfast, seule capitale d'Europe de l'Ouest où l'on se déchire encore pour la couleur du drapeau. Belfast, où le processus de paix est en route, où le premier cessez-le-feu vient d'être annoncé. Un monument.
    "Toutes les histoires sont des histoires d'amour" dit l'auteur dès la première phrase du texte. Eureka Street est une histoire d'amour, une histoire fusionnelle entre une ville et ses habitants, une histoire de chair et de sang.


    Mon avis


    Impossible de résumer Eureka Street, qui fait partie de ces livres sans histoire véritable. C'est une longue promenade dans les rues de Belfast, promenade qui va nous emmener jusqu'à New York et au Middle West, et où chaque voyageur rencontré est une figure.
    Eureka Street est un objet littéraire non identifié - un livre qui vous prend aux tripes. Un livre qu'il est impossible de reposer, un livre qui vous suit et vous hante jusqu'à ce que vous l'ayez fini. Il s'agit sans contexte de l'un des meilleurs livres que j'ai jamais lu.
    Avec un style fluide, étincellant de cette fantastique verve irlandaise, Robert McLiam Wilson nous entraîne dans son Belfast, celui où l'on passe la soirée au pub et où on se fait contrôler par les flics en ramenant la serveuse chez soi.
    C'est tout à la fois, drôlatique, hilarant, émouvant, tendre, tragique, et c'est captivant du début à la fin. Derrière tout cet humour féroce se cache toute l'horreur du terrorisme et de la violence ordinaire ; toute la haine que peuvent éprouver deux personnes nées dans la même ville, mais dans des quartiers différents.

    Eureka Street est Belfast. Et l'amour profond, viscéral, de l'auteur pour sa ville, ravagée et fascinante, cette passion née du sang et de l'intensité de la flamme qui a brûlé l'Irlande du Nord, se communique au lecteur. Impossible d'achever ce livre sans aimer Belfast.
    Car toutes les histoires - même en Ulster - sont des histoires d'amour.

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :