• Et si c'était vrai ? (Marc Levy)

    Prix Goya du premier roman (2001)

    éd. Robert Laffont
    Et si c'était vrai ? (Marc Levy)
    L'histoire


    Arthur, un architecte d'une trentaine d'années, ne sait plus que croire et craint de flirter avec la folie. Que penser d'une femme qui se matérialise dans le placard de votre salle de bain ? Surtout si vous êtes le seul à être capable de la voir ou lui parler... et ce d'autant plus que l'histoire racontée par cette femme est tout bonnement incroyable. Elle, Lauren, serait plongée dans le coma depuis des mois, allongée dans une chambre d'hôpital, et ce serait son spectre, ou son esprit, ou quoi que ce soit, qui marcherait et ressentirait.
    Mais si c'était vrai ?

    Comme de juste, c'est vrai, et Arthur se retrouve entraîné dans une histoire d'errance au plus profond du coma, à la frontière de la mort, et, bien entendu, également une histoire d'amour.


    Mon avis


    Et si c'était vrai ? me pose un authentique dilemne.
    Marc Levy y assassine la syntaxe à chaque tour de phrase et ignore visiblement les règles les plus élémentaires de la ponctuation. Ses personnages sont dépourvus de complexité.
    Mais ce livre est tellement prenant que force est de ravaler certaines critiques.
    Oui, il nous assène de grands coups de morale et de romantisme sucré. Oui, certains passages sont d'une presque naïveté affligeante.
    Mais impossible de le lâcher avant la fin. Arthur et Lauren vivent entre ces pages. Ce livre est fascinant - écrire un livre palpitant avec des personnages aussi simples est un paradoxe.

    Et si c'était vrai ? est en revanche l'archétype des livres de Marc Levy. Ceux que j'ai lus par la suite n'ont rien de ce quelque chose qui rend une histoire, il faut bien le dire, à l'eau de rose, étonnante de passion et de suspense. Et, je peux bien l'avouer, les autres romans de Marc Levy m'insupportent franchement.

    Il y a longtemps que je ne l'ai pas relu (je me suis arrêtée à la deuxième page lors de ma dernière tentative, psychologiquement ébranlée par une faute de grammaire faisant, si ma mémoire est bonne, marcher des lames de parquet) mais je le conserve dans ma bibliothèque. Parce que l'histoire est, malgré d'inévitables lieux communs, passionnante. Parce que Marc Levy, dans ce livre du moins, se montre un brillant narrateur.
    Et aussi parce que, au fond, j'aime beaucoup cette histoire et ce livre.

    Donc, à lire.

    Tags Tags : ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :