• De retour de vacances

    Contrairement à Mimi qui est au bord du burn out (courage, tiens bon ! la moitié du semestre est passée), j'ai eu droit à mes deux semaines de vacances, avec, tadam, neuf jours de vacances là :

    De retour de vacances

    J'avais hâte de partir.

    Parce qu'il y a des patients que j'en avais assez de voir hospitalisés depuis six semaines — ou plus — ceux qui nous « font le semestre » — ceux à qui on n'a rien de neuf à dire à la visite comme à la contre, en attendant que les drains daignent donner moins, et/ou moins dégueu. Ceux qu'on essaye de luxer en convalescence, mais que les convalescences ne veulent pas (j'ai deux-trois histoires sous le coude à vous raconter), alors qu'on garde, alors qu'ils vont bien au plan chirurgical, mais sont incapables de rentrer à la maison, seuls. Ceux pour qui on fait une encoche sur le pied du lit à chaque fois qu'on les réopère (record à battre depuis mai : 4 fois en 6 jours à l'admission, puis 3 autres fois pendant le séjour en réa, et si ça se trouve j'en ai raté pendant que j'étais en vacances et je l'apprendrai mardi).

    Parce que c'est la morte saison, que la moitié des chefs sont en vacances en même temps, et du coup qu'on travaille perpétuellement avec les mêmes, qui commencent eux aussi à friser le burn out pré-vacances, et que du coup ça râle un peu de partout.

    Parce que les infirmières en ont marre elles aussi.

    Parce que les trois quarts, que dis-je, les quatre cinquièmes de l'hôpital ferment des lits, sauf le mien, et que caser les urgences devient à chaque fois une mission impossible.

    Parce que de temps en temps, il faut quitter l'hôpital et ne pas en parler pendant quinze jours.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Eule
    Dimanche 14 Août 2011 à 16:17

    Bonne vacances alors!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :