• Cowboys, chevaliers et silence

    Aux Urgences, (très) régulièrement, des patients sont amenés par les Forces de l'Ordre pour IPM, Ivresse Publique Manifeste. Traduction : on nous montre les mecs bourrés pour s'assurer qu'ils sont en état d'aller au poste.

    Ce qui est généralement le cas : ils sont ronds comme de queues de pelle, et tout à fait aptes à subir une garde à vue ou je ne sais quoi.

    Comme l'a si bien expliqué Jaddo, il y a quatre grandes catégories de patients bourrés. Quand les policiers les amènent, ça se réduit à deux : agité/fait peur, agité/fait pas peur. Les calmes qui ne font pas peur ne sont pas amenés menottes aux poignets, et les calmes qui font peur, c'est le SAMU qui les amène, pas les hommes en bleu.

    Ce sont des patients qui arrivent tard le soir ou dans la nuit - il faut bien qu'ils aient eu le temps de picoler pour arriver. Quand ils font peur, l'examen clinique est funky. Quand ils ne font pas peur, que ce sont juste des mecs bien bourrés mais pas violents, c'est plus sympathique.

    Quant aux policiers qui les amènent, je les répartis eux aussi en deux catégories : les chevaliers et les cowboys.

    Les chevaliers, ils arrivent sous la houlette d'un chef-qu'on-voit-que-c'est-le-chef, pas parce qu'il roule les mécaniques, mais parce que ça se voit que les autres le respectent. Les chevaliers disent bonjour en arrivant et au revoir en repartant, puis ils remercient. Ils cadrent les agités lorsqu'il faut et ils sont cools avec les autres. Ils sont polis. Quand ils attendent devant le box, ils ne font pas de bruits et parlent tranquillement entre eux, en gens biens. Même quand le patient s'agite et crie, ils restent calmes et zen. Des gentlemen, à tout point de vue.

    Les cowboys, c'est une autre histoire. Ils arrivent en criant aussi fort que le patient, s'agitent dans tous les sens, parlent fort, et remplissent davantage la salle d'attente qu'un car de supporters de l'ASM une veille de défaite en finale du top 14. Ils se promènent une main sur le flingue, en roulant les hanches, avec la démarche chaloupée d'un garçon vacher américain, et remontent leur ceinturon alors que c'est inutile. De manière générale, les patients qu'ils amènent sont plus agités que ceux des chevaliers, et plus susceptibles de porter les marques d'une arrestation musclée.

    Je n'aime pas quand les cowboys nous amènent des patients. Parfois, le patient se calme, une fois installé dans un box. Parfois, il reste tout aussi agité qu'à son arrivée, et alors le ton monte, et je n'ai qu'une hâte, c'est de remplir ce papier d'IPM et qu'ils repartent tous au commissariat. Je n'aime pas le bruit - c'est ce que je trouve de plus difficile à l'hôpital. Il est très rare de se trouver au calme pour se poser cinq ou dix minutes. Dans les couloirs, infirmières et aides-soignantes parlent fort, crient pour se faire entendre depuis l'autre bout du service, et piaillent à l'heure des transmissions. Les salles de repos sont rarement vides, puisque tout le monde fait sa pause en même temps, c'est plus convivial. Et tout le monde parle, à l'heure de la pause. Qui de ses enfants, qui de son mari, de ses vacances, ou fait la langue de pute au sujet des absents.
    Je ne fume pas, mais, ces derniers temps, j'accompagne souvent l'un de mes seniors lorsqu'il va fumer. Parce qu'on peut se poser sur les marches des escaliers et regarder le paysage en silence. Je trouve la compagnie des autres agréable, mais je l'apprécie encore plus quand personne ne se sent obligé de parler. Je ne crains pas le silence. Je l'apprécie.

    C'est pour ça que la nuit, aux Urgences, quand je suis seule dans le bureau médical, je suis reconnaissante aux chevaliers de ne pas faire trop de bruit. Après une journée dans le service et une soirée aux Urgences, les éclats de voix des cow-boys me saoulent. Ils ne me donnent pas envie de parler avec eux, ne serait-ce que pour leur dire que c'est bon, j'ai fini, et que oui, monsieur Machin est apte à aller en cellule de dégrisement. Quand ils attrapent un
    Closer qui traîne et gueulent que Roger Hanin est un mec génial, et puis "mate Angelina Jolie comme elle est trop canon s'te nana", et le régime qu'Untel veut faire pour l'été... Alors j'écris à toute vitesse dans le dossier, je me dépèche de remplir leur certificat, d'en faire les photocopies, pour les voir partir et retrouver le calme.

    Ils partent bruyamment, menottent de nouveau le patient, l'attrapent sous un coude et l'embarquent sans arrêter de rigoler et de se comporter comme une bande de potaches patentés.

    Et je retrouve enfin un peu de silence.

    Avant que la société qui nettoye les couloirs n'arrive et que leur machine à laver par terre ne fasse trembler les murs de l'hôpital, bien sûr. 

    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Samedi 3 Avril 2010 à 13:02
    Et quelle est la proportion de cow-boys ?
    Toujours aussi plaisant ton blog !
    Merci pour le plaisir que tu donnes à te lire
    2
    Samedi 3 Avril 2010 à 17:38
    Quelle que soit la proportion, elle sera toujours trop importante à deux heures du matin ;)
    3
    amx
    Dimanche 4 Avril 2010 à 16:12
    <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Garamond Premr Pro"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; mso-bidi-font-size:12.0pt; font-family:"Garamond Premr Pro"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} --> <!-- /* Font Definitions */ @font-face {font-family:"Garamond Premr Pro"; panose-1:0 0 0 0 0 0 0 0 0 0; mso-font-charset:0; mso-generic-font-family:roman; mso-font-format:other; mso-font-pitch:variable; mso-font-signature:647 0 0 0 159 0;} /* Style Definitions */ p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal {mso-style-parent:""; margin:0cm; margin-bottom:.0001pt; mso-pagination:widow-orphan; font-size:10.0pt; mso-bidi-font-size:12.0pt; font-family:"Garamond Premr Pro"; mso-fareast-font-family:"Times New Roman"; mso-bidi-font-family:"Times New Roman";} @page Section1 {size:595.3pt 841.9pt; margin:70.85pt 70.85pt 70.85pt 70.85pt; mso-header-margin:35.4pt; mso-footer-margin:35.4pt; mso-paper-source:0;} div.Section1 {page:Section1;} -->

    On s'y croirait !
    Même ambiance qu'il y a 40ans...même si les plafonds sont moins hauts et les éclairages moins jaunes et plus puissants.
    J'ai vécu aussi les "forces de l'ordre", et , à votre âge et position , dans l'ambiance trouble de l'avant 68...
    Et on avait une infirmière , sympa, dont le mari était "radio" à la C.R.S: quand on lui demandait le métier de son mari elle répondait "Fonctionnaire"…

    Et j’ai vécu alors différemment le métier de ces gens dont les femmes taisaient la nature !

    Une période de Chefferie des Urgences m’a conforté dans les mêmes conclusions que les vôtres :

     Ils y a aussi eux qui ne veulent rien prouver, rien se prouver, juste essayer de trouver un jour leur réelle raison de vivre : on arrive souvent à des collaborations constructives,… et je pense que leurs femmes parlent d’eux !

    (Bravo le style : Céline était aussi médecin : on peut donc  en sortir !)

    4
    AlineA+
    Mardi 6 Avril 2010 à 19:29

    ah le silence, difficile à avoir mais tant apprécié
    j'aime le silence car toute la journée, je "profite" des conversations (professionnelles ou non) de mes collaborateurs  Mais hors de question que je ferme ma porte et sois alors recluse dans mon bureau donc j'entends (mais n'écoute pas tout!)
    ça fait partie de la vie du service mais que j'aime le silence et ne le crains pas
    suis-je la seule à faire attention quand je ferme ma porte à clé, quand je téléphone, quand je reçois quelqu'un?
    j'ai l'impression que soit on a en tête qu'on exerce en communauté, soit pas du tout mais je ne croyais pas devoir le rappeler à certains
    bref, bien obligée de s'adapter
    merci de tes posts,toujours si variés et intéressants!
    côté musique , connais-tu Bat for Lashes, Metric...(cf   Florence...)?

    5
    Mercredi 7 Avril 2010 à 23:04
    @ AlineA+ : Je connais un peu Bat for Lashes, pas très bien, mais je ne crains pas, comme on dit.

    @ amx : Merci pour ce gentil commentaire ! Quelque part c'est rassurant de savoir que l'être humain ne change pas... On parie qu'au Moyen-Âge les gardes des portes de la cité apportaient les poivrots à l'hospice ? 
    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :