• Cochonou et le privilège du dominant

    Ce matin, à la radio, j'ai entendu une nouvelle pub pour Cochonou, « le bon saucisson qu'on aime chez nous. »

    Ambiance sonore d'aéroport, un douanier à l'accent supposé chinois caricatural interpelle un couple de Français au nom bien franchouillard, et découvre, caché dans la peluche du gamin, un saucisson.
    Conclusion de la publicité : « les Français ne peuvent pas se passer de Cochonou. » (Je ne me souviens plus de la phrase exacte, je mettrai le billet à jour dès que possible.)

    Ce n'est pas la première fois que la marque base sa publicité sur l'association supposée forte du saucisson et de la franchitude. Cette série d'affiches semble même oublier que la Guyane est une terre française, l'associant de manière forte aux destinations étrangères du reste de la série : New York, exil fiscal, etc. Être français.e, pour Cochonou, c'est donc 1. manger du saucisson et 2. vivre en métropole.

    Et cette publicité de 1986 fait saigner mon cœur d'auvergnate avec ses clichés. Je vous jure que, quand j'avais un an, l'Auvergne était déjà une contrée moderne où on ne se réunit pas pour manger du saucisson industriel au bruit d'un accordéon poussif, le tout vêtu d'une biaude et d'un béret.

    Mais qu'en est-il des nombreux.ses Français.es qui ne mangent pas de cochon ?

    En tant que végétarienne, je ne mange pas de saucisson, puisqu'il faut tuer un animal pour le fabriquer.
    Ha mais pardon, je suis Française, moi, j'ai les yeux bleus, la peau claire et un nom bien traditionnel. Refuser le saucisson national est une excentricité que l'on peut me passer, même si la bien-pensance écolo commence à nous les chauffer, bordel. Et manger de la salade, c'est un truc de nanas anyway.

    En plus, les cochons, ils sont contents de se transformer en saucisson ! Regardez !

    Cochonou et le privilège du dominant

    Ha non ?
    Sûr ?
    Bon. (Attention, si vous comptez manger votre cote de porc de bon appétit, ne cliquez pas.)

    Bref. Les végétariens, c'est que des emmerdeurs, on le savait déjà. Le reste des gens normaux, ils mangent du saucisson.

    Quoi, les musulmans et les juifs ?
    Déjà, s'ils étaient Français, on dirait pas « les juifs et les musulmans » mais « les Français », non ? Est-ce qu'on parle « des chrétiens » ? Non, on dit « les Français.» (Les athées d'origine européenne, c'est comme s'ils étaient chrétiens, d'abord, parce qu'ils sont Français d'apparence. Et les bouddhistes on les emmerde.)
    Non ?
    Bon.
    OK, ils sont peut-être Français, mais ils ne sont pas normaux ! Un Français normal, il aime la viande, et encore plus le saucisson. C'est terroir, c'est tradition.

    Ça, mes ami.es, c'est le privilège du dominant : ne pas s'interroger sur les restrictions que le modèle « personne normale » comporte.
    La majorité des personnes de nationalité française mangent de la viande et, plus précisément, de saucisson ? Bin voilà. Plutôt que d'en rester à « le saucisson est un plat carné traditionnel de France (mais aussi d'Espagne et d'Italie) », non, par la magie du matraquage médiatique, on tombe tout de suite dans « saucisson = nationalité française. » Genre si t'essayes pas de passer en fraude un sauciflard à la douane tellement tu l'aimes, t'es pas français.
    Le problème de ces généralisations sauvages faites dans un sens a priori unique (saucisson -> Français), c'est qu'il est trop facile de les rendre à double sens (saucisson <-> Français).

    Je suis Française, et je ne mange pas de saucisson pour des raisons qui me regardent. Mais d'autres éléments me rattachent au modèle dominant, principalement la sonorité de mon nom et ma couleur de peau. 
    Si l'on m'offre du saucisson et que je refuse « parce que je n'en mange pas, » on me demandera aussitôt si je suis végétarienne (déjà testé).
    Maintenant, si je m'appelais Rachida ou Najet, on me dirait aussitôt (même pas questionné) « ha mais pardon, t'es musulmane.» (Vu faire devant une amie végétarienne d'origine marocaine qui avait refusé des bonbons à base de gélatine animale.)

    Le privilège du dominant, c'est de généraliser ses caractéristiques statistiques propres à l'ensemble de la population, en ignorant les variantes. Et plus il y a de différences, et plus le dominant refuse d'inclure les différents dans son groupe.
    Oh, il n'y a pas toujours volonté de nuire. Même rarement. Je doute que les publicitaires de chez Cochonou se soient levé un matin en se disant : « aujourd'hui, on va faire chier les Français qui ne mangent pas de saucisson en remettant leur nationalité en cause. »
    Mais il est prouvé scientifiquement que l'hégémonie des caractéristiques dominantes génère de l'insécurité auprès des non-dominant.es (par exemple, la période de Noël et les non chrétiens).

    Comment y remédier ? Certainement pas en bannissant le saucisson ou l'expression patriotique qu'il peut revêtir aux yeux de certains. Mais en accordant un espace d'expression libre aux non-mangeur.ses de saucisson. Et pas un espace policé où l'adhésion aux règles sociales des dominant.es est valorisé. Un espace de liberté, où il soit possible d'affirmer son appartenance à la société sans se faire dire « oui mais non poulette, si tu fais pas X tu ne peux pas appartenir à l'espace social Y. »

    Il est difficile de réfléchir à son privilège. Surtout parce que ce n'est pas un crime que d'être privilégié.e.
    Non, ce qui est criminel est de mépriser l'expression des valeurs et des opinions n'allant pas dans le sens du privilège.

    Et le remède est simple : de temps en temps, il faut fermer sa gueule et écouter les autres. Simple, mais on n'a pas le cul sorti des ronces.

     

    Edit du 19/01/14 :

    Mon pôpa m'a signalé cette vidéo de Justin Bridou, qui prend le contrepied exact de Cochonou. Le saucisson y est synonyme de partage, de convivialité et de rapprochement entre les peuples. Plus classe, non ?


  • Commentaires

    1
    Jeudi 16 Janvier 2014 à 14:48

    Le saucissonocentrisme franchouillard me rappelle l'hétérocentrisme assez gonflant. Pourtant, j'ai jamais vraiment vu bcp de mal au premier, l'associant essentiellement à un cliché un peu débile pour dire français, comme la baguette et le béret. Bon enfant et lourdeau quoi. Oh, mon Dieu, je fais partie de la matrice. :)

    2
    Samedi 18 Janvier 2014 à 00:40

    Intersectionalité, ma chère ^^

    3
    j'aime le cochon
    Dimanche 19 Janvier 2014 à 18:40

    t'as vraiment rien d'autre a faire ? .......

    4
    Dimanche 19 Janvier 2014 à 19:00

    Sans doute que non.

    5
    Lundi 20 Janvier 2014 à 00:48
    Excellent !
    Le premier clip, il faut le prendre avec humour. C'est presque du second degré ! C'est vrai que la saucisse ou le saucisson est le symbole national de presque tous les pays européens, et il y a toujours ce petit aura de la bofitude qui marche bien dans la pub.

    Sinon, c'est vrai que les Français ont parfois une vision déformée de leur pays. Si je disais ce que je trouve typiquement français, ça ne serait pas gentil :)
    6
    xavier
    Mercredi 22 Janvier 2014 à 01:22

    J'ai appris un nouveau mot : "’intersectionalité"

    J'ai donc lu ce pdf : http://www.awid.org/fre/Library/L-intersectionalite-un-outil-pour-la-justice-de-genre-et-la-justice-economique et...ben...wtf??? Des gens semblent s'être rendu compte (peut être en sortant la tête du bureau de leur administration, qui sait...) qu'on ne pouvait pas résumé pleinement une personne à 2 ou 3 croix (ou non-croix) dans 3 ou 4 cases. Fières quelles sont de leur découverte *fondamentale*, ces personnes ont cru bon de créer un mot nouveau et d'en tartiner des pages. Mou ha ha :)

     

    "Mais il est prouvé scientifiquement que l'hégémonie des caractéristiques dominantes génère de l'insécurité auprès des non-dominant.es (par exemple, la période de Noël et les non chrétiens)."

    tsss tsss...que vient faire la science la dedans?? c'est juste du pur bon sens. Laissons la science là où elle est vraiment.

    Pour ce qui est du fond de l'histoire : Estimons nous heureux de pouvoir sélectionner ce qu'on veut manger ou pas. Notons aussi qu'on peut être fier d'un beau produit artisanal et de la réussite commerciale de ces marques de saucissons...."différentes raisons d'être fier"...ne serait ce pas de "interfiertalité"?

     

    7
    Lundi 27 Janvier 2014 à 23:55

    J'ai eu une pensée pour toi en passant la douane US avec un saucisson planqué dans ma valise ;)

    8
    Jeudi 17 Avril 2014 à 00:12
    9
    zimbolaktus
    Vendredi 29 Avril 2016 à 11:36

    Le terme "hétérocentrisme" m'a toujours explosé de rire. Les homos représentent max 10% de la population (et encore c'est super généreux). Donc comment la société pourrait être autrement qu' "hétérocentrée" avec 9 personnes sur 10 attirées par le sexe opposé (heureusement pour la reproduction de l'espèce...).

    Par ailleurs j'ai eu un pote dans les années 90 qui était à la fois pédé comme un phoque et grand amateur de charcuterie devant l'éternel (j'espère d'ailleurs qu'il l'est toujours...)

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :