• Un chirurgien à la face piteuse
    Rend à son malade la playe vermineuse.


    Ancien proverbe cité par Ambroise Paré dans son Introduction à la Chirurgie

    Et l'un de mes patients y a fait écho, quelques siècles plus tard. Scène : le bloc. Personnages : Patient, IBODE, moi.

    Moi : Bon, maintenant que j'ai fini, je peux bien vous le dire, c'est le premier PAC que je posais toute seule...
    Patient : Hé, faut pas me prendre pour un con, je m'en étais bien aperçu !
    Moi : ^^"

    Quand on sait qu'un patient ne se fait poser en général qu'un seul Port-A-Cath dans un vie, ça laisse rêveur...
    En fait il était gentil, et m'a expliqué que c'est quand j'ai commencé à lui expliquer comment on faisait qu'il a compris que je n'avais jamais fait seule... Mais je ne lui ai pas fait mal, le cathéter était en place, et je n'ai pas fait de pneumothorax, donc la vie est belle !
    Enfin, la face piteuse, je l'avais, en guettant l'extrasystole sur le scope. J'espère que sa plaie ne sera pas vermieuse, avec un surjet intradermique, ça m'emmerderait !

    Nous nous sommes quittés en nous souhaitant mutuellement bonne chance. Je ne sais pas si son mésothéliome sera clément, mais je l'espère. Vraiment.
     

    1 commentaire
  • L'espoir nous donne des ailes, mais ne nous montre pas comment voler.

    Leonid S. Sukhorukov

    votre commentaire
  • Bright star, would I were steadfast as thou art —
    Not in lone splendour hung aloft the night
    And watching, with eternal lids apart,
    Like Nature's patient, sleepless Eremite,
    The moving waters at their priestlike task
    Of pure ablution round earth's human shores,
    Or gazing on the new soft-fallen mask
    Of snow upon the mountains and the moors —
    No — yet still stedfast, still unchangeable,
    Pillow'd upon my fair love's ripening breast,
    To feel for ever its soft fall and swell,
    Awake for ever in a sweet unrest,
    Still, still to hear her tender-taken breath,
    And so live ever — or else swoon to death.

    John Keats



    votre commentaire
  • Si on voulait vivre dans une série américaine à l’eau de rose, de toute façon, on commencerait par se faire un brushing.

    Maïa Mazaurette



    Yipikaï ! 

    votre commentaire
  • Pour bien commencer l'année, cela ne fait jamais de mal de relire cette très belle prière, canon de l'éthique au même titre que le serment d'Hippocrate :

    Prière de Maïmonide« Mon Dieu, remplis mon âme d'amour pour l'Art et pour toutes les créatures. N'admets pas que la soif du gain et la recherche de la gloire m'influencent dans l'exercice de mon Art, car les ennemis de la vérité et de l'amour des hommes pourraient facilement m'abuser et m'éloigner du noble devoir de faire du bien à tes enfants. Soutiens la force de mon cœur pour qu'il soit toujours prêt à servir le pauvre et le riche, l'ami et l'ennemi, le bon et le mauvais.

    Fais que je ne voie que l'homme dans celui qui souffre. Fais que mon esprit reste clair auprès du lit du malade et qu'il ne soit distrait par aucune chose étrangère afin qu'il ait présent tout ce que l'expérience et la science lui ont enseigné, car grandes et sublimes sont les recherches scientifiques qui ont pour but de conserver la santé et la vie de toutes les créatures.

    Fais que mes malades aient confiance en moi et mon Art pour qu'ils suivent mes conseils et mes prescriptions. Éloigne de leur lit les charlatans, l'armée des parents aux mille conseils, et les gardes qui savent toujours tout: car c'est une engeance dangereuse qui, par vanité, fait échouer les meilleures intentions de l'Art et conduit souvent les créatures à la mort. Si les ignorants me blâment et me raillent, fais que l'amour de mon Art, comme une cuirasse, me rende invulnérable, pour que je puisse persévérer dans le vrai, sans égard au prestige, au renom et à l'âge de mes ennemis. Prête-moi, mon Dieu, l'indulgence et la patience auprès des malades entêtés et grossiers.

    Fais que je sois modéré en tout, mais insatiable dans mon amour de la science. Éloigne de moi l'idée que je peux tout. Donne-moi la force, la volonté et l'occasion d'élargir de plus en plus mes connaissances. Je peux aujourd'hui découvrir dans mon savoir des choses que je ne soupçonnais pas hier, car l'Art est grand mais l'esprit de l'homme pénètre toujours plus avant. »

    3 commentaires


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique