• Le village où nous mènent ces chevaux, à sa vue,
    Plus d'un fort paysan aurait le cœur fendu.
    De fleurs et de fruits l'arbre reste couvert,
    La bière rousse et brune déborde des rivières,
    Un vieux joue du biniou au bois d'or et d'argent,
    Des reines aux yeux de glace en foule vont dansant.

    Traduction rimée de Fabienne Gallaire.

     

    There's many a strong farmer whose heart would break in two
    If he could see the townland that we are riding to,
    Boughs have their fruit and blossom at all times of the year,
    Rivers are running over with red beer and brown beer,
    An old man plays the bagpipes in a golden and silver wood,
    Queens, their eyes blue like the ice, are dancing in a crowd.

    William Butler Yeats, In The Seven Woods


    votre commentaire
  • [...] En effet, l'homme représente aujourd'hui le positif et le neutre, c'est-à-dire le mâle et l'être humain, tandis que la femme est seulement le négatif, la femelle. Chaque fois qu'elle se conduit en être humain, on déclare donc qu'elle s'identifie au mâle. Ses activités sportives, politiques, intellectuelles, son désir pour d'autres femmes sont interprétés comme une « protestation virile »; on refuse de tenir compte des valeurs vers lesquelles elle se transcende, ce qui conduit évidemment à considérer qu'elle fait le choix inauthentique d'une attitude subjective. Le grand malentendu sur lequel repose ce système d'interprétation, c'est qu'on admet qu'il est naturel pour l'être humain femelle de faire de soi une femme féminime : il ne suffit pas d'être une hétérosexuelle, ni même une mère, pour réaliser cet idéal ; la « vraie femme » est un produit artificiel que la civilisation fabrique comme naguère on fabriquait des castrats ; ses prétendus « instincts » de coquetterie, de docilité, lui sont insufflés comme à l'homme l'orgueil phallique.

    Simone de Beauvoir, Le Deuxième Sexe, tome II (1949)

     

    — Non mais toi dans ta tête t'es un mec.

    Un Co-interne mâle, pour qui ce n'était pas un compliment.


    1 commentaire
  • Scène : au bloc, lobectomie supérieure droite, au moment du temps bronchique.

    Bruit-qui-ne-vient-pas-de-ce-monde, genre glougloutement mâtiné d'un gargouillis et d'un sifflement, intensité 8,9 sur l'échelle de Richter.

    Chef-Chéri, lève la tête, affolé : Quoi ? C'est quoi ce bruit ? J'ai percé le ballonnet de la sonde d'intubation ? Ouate de phoque ?

    Moi, gênée : Non, c'est rien... C'est mon ventre, il est dix heures, j'ai faim...

    Non mais la honte !

    #Morphale


    6 commentaires
  • Quatre heures du matin, une nuit d'astreinte.

    Drrrrring !

    — AllôStockholmmonsieurtruc, c'estinfirmièrechériedenuitdansleservicedacotéviteausecours, pasbiendutoutlewissantytranchéotomisécheznousdepuisquatjourmalaise

    — [Tête dans le cul] Calme-toi, recommence et parle moins vite, j'ai rien compris...

    — ON A UN ARRÊT DANS LE SERVICE !

    — Ah ben d'ac... Appelelaréamasselej'arrivetoutdesuite !


    5 commentaires
  • Il ne faudrait jamais opérer un patient le jour de sa mort.

     

    Chef-Chéri (oui monsieur :) )


    1 commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique