• Bonnes pratiques

    Madame M a de l'arthrose à son genou ; une prothèse paraît une bonne idée qui lui permettra de remarcher.

    Madame M est également obèse, diabétique, a une discrète incontinence urinaire ancienne et stable, et une hygiène de vie douteuse.

    Un ECBU a été prescrit en préop en ville. Comme on pouvait s'y attendre, on trouve quelques leucocytes, et des germes à une concentration de 10^6, ni plus, ni moins. L'antibiogramme retrouve d'un côté un pyocyanique multirésistant, et de l'autre une Morganella elle aussi résistante. Les seuls antibiotiques auxquels les deux étaient sensibles ? Tiénam et Amiklin, deux antibiotiques de la classe de l'artillerie lourde (oui, pour moi les antibiotiques se répartissent en trois classes : antibiotiques faciles, artillerie lourde et Augmentin.) Plein de bonnes intentions, son bon docteur lui avait collé huit jours de Rocéphine dans les fesses, rapport à la chirurgie prévue, sauf qu'il avait rien adapté à l'antibiogramme, puisque les bestiaux y étaient résistants, à la Rocéphine.

    Bon, donc on pouvait pas lui poser la prothèse. Mais comme madame M n'avait pas le moindre signe fonctionnel urinaire et que son pipi, c'était pas du pus, je me suis dit que le Tiénam c'était peut-être pas la peine. Mais, comme on dit dans les romans-feuilletons, n'anticipons pas, je ne connais pas encore l'affaire.

    Entre Chef-Ortho. Enfin non, il n'est pas rentré dans la salle de soins, il a vocalisé, dans le couloir, son inquiétude liée au fait de ne pas m'avoir dans son champ de vision direct, et la confiance qu'il me portait vis-à-vis de la prise en charge médicale de sa patiente. En clair, il a crié :
    — Elle est où, Stockholm ? Faut qu'elle s'occupe de l'ECBU de ma prothèse de demain ! 
    — Je suis làààààà !
    — Ouais, va falloir que tu la mettes sous Bactrim, elle a une infection urinaire, je la repousse à lundi. J'ai montré le papier à Untel [NdA interniste], il sait pas quoi mettre ! Alors chai pas, appelle tes copains du CHU ou quelqu'un d'autre qui tu veux, enfin moi je la mettrais sous Bactrim mais j'y connais plus rien dans ces trucs-là, et puis vous les jeunes vous êtes là pour ça. 

    J'ai lorgné le papier. Untel avait consciencieusement entouré au crayon à papier le Tiénam et l'Amiklin. Je ne le connaissais pas, mais je l'imaginais volontiers, silhouette frêle en blouse blanche, petites lunettes à monture d'acier, entourer les noms des antibiotiques en faisant « Mmm mmm » pendant que Chef-Ortho lui réclamait du Bactrim. La Morganella était sensible au Bactrim, mais le pyo y était résistant.

    Quand Chef-Chéri est parti vaquer à ses pansements, dans une logorrhée rigolote, j'ai regardé l'antibiogramme et j'ai fait « Mmm mmm » dans ma tête, plus pour me donner une contenance face à ce papier insolent que parce que je savais quoi faire. Alors j'ai décroché le téléphone et appelé un bactériologiste.

    10 minutes et 27 secondes de communication plus tard, les faits suivants avaient été établis :
    Primo, madame M était totalement asymptomatique.
    Secundo, ses urines n'étaient pas non plus du pus.
    Tertio, en ville et sans chirurgie prévue, on ne l'aurait pas traitée de ça.
    Ergo, on ne la traite pas, on la fait boire, se laver et changer de culotte, et on recontrôle aujourd'hui même, sur un coup de chance le pyo aura disparu, ou la Morganella, et on pourra traiter avec un truc un peu plus simple que l'artillerie lourde.

    Allô Chef-Ortho ? Alors voilà... 
    — Nan mais attends, pourquoi on la mettrait pas sous Bactrim direct, et on l'arrête si l'antibiogramme dit que c'est toujours résistant ?
    — Euh... Pression de sélection ?
    — De quoi tu me parles, là ?
    [...]
    — Ha OK. Ben on la met sous Tiénam et Amiklin, puisque c'est sensible.
    — Ho non...
    — Ben pourquoi ? C'est sensible !
    — Mais en ville on l'aurait pas traitée...
    — Oui mais moi je veux lui mettre une prothèse ! 
    — Oui mais si elle infecte sa prothèse on l'aura dans le cul l'os si le germe est devenu résistant aux deux seuls antibiotiques qui marchent.
    [...]
    — Non mais c'est logique, tes arguments, quand on y pense. Bon, écoute, on la traite pas, fais ce que tu dis, et puis après on voit. 

    Le même jours, dix-huit heures trente, à l'internat. Téléphone qui sonne :
    — Oui, c'est Infirmière-Chérie. Dis, Chef-Ortho te fais demander un truc.
    — Vi ?
    — Madame M, tu veux pas la mettre sous Bactrim, quand même ?
    — Naon !

    L'ECBU de contrôle fut négatif, et la prothèse fut posée. Sans Bactrim. 

    Bienvenue en orthopédie à PériphLand !


  • Commentaires

    1
    Mardi 22 Mai 2012 à 23:42

    J'aime bien ta façon de soigner, elle est pas agressive, sauf si on est culottophobe =)

    2
    Mardi 22 Mai 2012 à 23:53

    Culottophobe ?

    3
    Mercredi 23 Mai 2012 à 06:55
    nfkb

    ah ben ils ont de la chance vos anesthésistes ! visiblement ils sont bien aidés ;)

    Plus sérieusement, méfie toi, être atypique-consciencieux-intéressé-par-la-médecine en chirurgie est une arme à double tranchant... je pense que les patients en bénéficient largement mais fais gaffe à ne pas te prendre le revers de la médaille avec des collègues chirs bourrus, n'oublie pas de te protéger de temps en temps :)

     

    la bisette !

     

    4
    Mercredi 23 Mai 2012 à 11:14

    Ils passent pas non plus trop dans le service, les endormeurs...

    5
    Mercredi 23 Mai 2012 à 11:28
    nfkb

    oui c'est ce que je subodorais... moi j'aime bien sortir des blocs mais pas mal d'endormeurs aiment bien s'y cacher :/

    6
    Mercredi 23 Mai 2012 à 23:56

    L'anesthésiste est une créature timide, aimant la fraîcheur et la pénombre des blocs. L'éclairage violent des services hospitaliers la journée lui est néfaste ; c'est pour cela qu'il prend de nombreuses gardes, la nuit, s'aventurant parfois en dehors de la salle de réveil jusque dans les services, sous couvert de l'obscurité. Le café lui accorde un bonus +5 en agilité.

    Ouh, ça me donne une idée de post, ça.

    7
    Eule
    Jeudi 24 Mai 2012 à 20:56

    @Stockholm: votre definition de l'anesthésisite ressemble à celle du vampire. Rassurez-nous, que ce n'est qu'un lutin du marchand de sable et non du Comte Dracula!

     

    Bonne soirée

     

    PS SVP pas d'istoire sur l'artroscopie! J'ai déjà une envie de "ficher le camp" comme disaist "big Moustache dans la grande Vadrouille. 

    8
    Docteur Seuss
    Jeudi 24 Mai 2012 à 23:44

    J'espère que tu vas nous faire le plaisir d'écrire souvent sur Chef-Ortho, je l'aime déjà. Je sens qu'on va se marrer ! :-D

    9
    Nade78
    Lundi 28 Mai 2012 à 20:24

    Bravo pour votre résistance aux coutumes !  J'espère que beaucoup d'autres prendront le même réflexe, pour soigner bien, mais juste !!

    10
    Lundi 28 Mai 2012 à 22:06

    @ Eule : pour les arthros, j'en sais rien, j'en ai vu qu'une seule pour l'instant, alors...

    @ Docteur Seuss : c'est vrai qu'il est rigolo.

    @ Nade78 : question d'éducation pendant l'externat. Passer dans le service du chef impitoyable du CLIN, ça te conditionne à certains trucs.

    11
    medulla
    Lundi 28 Mai 2012 à 23:09

    Moi je retiens que Chef-Ortho essaye de te convaincre et finit par t'obéir !

     

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :