• Nuit. Un rêve, complexe, lucide — il y a la journée passée, des histoires étranges, et des relents freudiens, en contrôle partiel. Quelque chose me marche dessus, quatre pattes petites et velues ; un rouet hésitant achève de me réveiller. Les vibrisses du chat me chatouillent le cou. La machine à ronrons se roule en boule dans mon cou, en manque de caresses : l'heure du câlin matinal et rituel est déjà passée depuis longtemps.

    Samedi matin. Les ronronnements se font plus forts, plus insistants, lorsque je gratouille machinalement le menton du bestiau, dont la fourrure tiède est encore en désordre. Nous sommes deux à être mal réveillées.

    Journée rude, hier. Semaine éprouvante, et mois compliqué. Internes en sous-effectif, du travail par dessus la tête. Hier, j'étais au bloc au lieu de consulter — puis il a fallu consulter en sortant du bloc. Des vrais dossiers, pas de simples surveillances de pneumothorax qui vont bien. Douleur chronique post-thoracotomie. Sevrage tabagique et pneumothorax (oh, qu'il était chiant, lui, avec ses théories du complot). Réfection de pansement de thoracostomie. Se demander si un patient, qu'on devait revoir chaque semaine, n'est pas mort et qu'on ne l'ait pas su — deux semaines qu'il ne vient pas, et pas le temps d'appeler le médecin traitant. Ou alors il est guéri. Les couples âgés pour qui la simple installation dans la salle de consultation est une aventure — pour gagner du temps, j'ai beau ne pas faire assoir le consultant et commencer de suite à retirer la chemise, on ne peut couper au rituel. La dame jeune avec ses douleurs post opératoires, qui est anti-médicaments, mais finalement contente d'avoir une prescription non homéopathique, qu'il a fallu faire parler et écouter, déversant sa douleur insupportable sur ma blouse. On se connaissait — plutôt, elle m'a reconnue. Comme la jeune fille, vue aux Urgences après les consultations, venant pour une récidive de pneumothorax, m'a reconnue. Et m'a demandé comment ma grossesse s'était déroulée. Moment de flottement.

    La chatte se retourne et s'étire, me piétine un coup, et revient en position initiale.

    Mon cahier de chirurgie à compléter. J'ai pris du retard. Des petites choses à compléter, mais ce sont elles qui sont importantes : la manière qu'a ChefChéri de tenir le dissecteur, le geste permettant de récliner l'isthme thyroïdien qui gêne sur les trachéotomies... Quel fil utiliser, avec quelle courbure d'aiguille...

    Samedi matin. Aller acheter à manger. Faire le ménage (ou pas). Un jour, peut-être. Pour l'instant, je plane entre deux eaux, dans les limbes du sommeil.

    Le co-interne, sorti du bloc à neuf heures du soir, qui m'a repris le téléphone déjà fatigué. ChefChéri avec lui, les traits tirés, ravaudés par la concentration. Transmissions rapides. ChefChéri qui râle que l'une de mes entrées en urgence serait à opérer demain. Mais 92 ans — un drain sous locale suffira, il souffle. Puis part vers son bureau en traînant des savates. Il n'aime plus les blocs difficiles. Aujourd'hui a été compliqué pour tout le monde. CheftaineChérie n'avait pas d'interne, ni d'externe, juste une instrumentiste de bonne volonté : allô Stockholm, faut qu'tu viennes au bloc, j'ai besoin de toi. Et pendant ce temps, dans l'autre salle, ChefChéri qui ramait, avec l'interne et l'externe. Puis deux autres ChefChéris venus aider. Chirurgie complexe et compliquée en terrain miné, en urgence, chez un patient déjà bien fatigué. Le service après-vente, en thoracique, est souvent plus simple qu'en digestif. Mais quand ça beurre, ça beurre tout autant.

    J'entrouvre un œil. Sans lunettes, le demi-jour noir et blanc de ma chambre prend des allures de brume. La chatte me voit bouger et grogner un peu. Chic, on se lève ? Elle court se percher sur l'étagère, faire du bruit, pour accélérer le lever des troupes. Je lui râle dessus et l'enferme dans la pièce voisine. Se retourner, se rendormir.

    Putain de biblio. Contente d'avoir fini, ou presque. Les boîtes mail ont chauffé. Moins d'un mois pour remonter un projet depuis le début et, bien sûr, la visite au statisticien remise au plus tard possible. Il y aura encore des échanges de mail dans le week-end, avant le dépôt du projet, mais le plus dur est fait. Logiciel magique de biblio, qui construit tout seul la liste de références. Une médaille à donner aux programmeurs.

    La chatte pousse doucement la porte et revient se coucher en rond à côté de moi, puisqu'on ne se lève pas. La grasse matinée est un concept qu'elle a parfois du mal à intégrer. Le nez dans sa fourrure, un filet de bave coulant sur l'oreiller, je me rendors. Le travail attendra encore une heure. Ou peut-être deux. Ou jamais. Je fantasme de vacances, deux semaines sans rien faire, deux semaines rien qu'à moi. Trop de choses à faire. Sauf le samedi matin. Le samedi matin, plutôt que dédié à dormir, l'est chez moi à rêver.


    3 commentaires
  • Avant toutes choses, qu'on se le dise : les épisodes I, II et III de la saga Star Wars sont à mes yeux une disgrâce. Jar-Jar Binks, Watto, et le comte Dooku sont autant de raisons de pleurer (merci de ne pas mentionner Anakin Skywalker en ado geignard qui se plaint que le sable lui gratte le cul). Alors qu'ils échouent lamentablement à raconter l'ascension et la chute du plus puissant Jedi jamais vu, ils sont en revanche une chronique troublante de la violence conjugale ordinaire.

    Padmé Amidala, reine démocratique de Naboo. Anakin Skywalker, esclave affranchi de dix ans plus jeune. On sort des sentiers battus, ce n'est plus le prince et la bergère ; c'est la politicienne d'envergure et le cadet prometteur. Mais, dès le départ, leur histoire est mal partie. Anakin développe rapidement une obsession malsaine pour Padmé ; l'affection touchante de l'enfant pour l'adolescente se change, avec le temps, en « amour » possessif.

    Chacun des deux, d'ailleurs, nous présente une philosophie traditionnelle de l'amour. « Je l'aimai, Stratonice, il le méritait bien » pourrait dire la rationnelle Padmé, alors que le bouillant Anakin nous offre plusieurs fois sa version du « Je le vis, je rougis, je pâlis à sa vue ; un trouble s'éleva dans mon âme éperdue. » (Si j'étais prof de français, je ferais étudier en parallèle Phèdre, Polyeucte et Star Wars ; les lycéens m'aduleraient).
    Résumons Phèdre : Phèdre a épousé Thésée. En rencontrant le fils de celui-ci, Phèdre est prise d'une passion subite (et mal vue, rapport aux relents d'inceste même s'ils n'ont pas de liens du sang). Croyant Thésée mort, elle avoue ses sentiments à Hippolyte et se fait jeter, tente de se suicider. La bonne copine se dit que si Thésée chasse Hippolyte, il n'y aura plus de problème. Problème : une fois chassé parce que papa croit qu'il a dragué belle-maman, Hippolyte est tué par Neptune. Et Phèdre se suicide. Sa passion mal orientée a entraîné la mort de celui qu'elle aimait plus que tout, par le fait même d'aimer.
    Résumons Polyeucte : Pauline est romaine, a eu une amourette avec Sévère, un brave romain vaillant, noble et sans un rond, mais son papa n'est pas d'accord et la famille déménage en Arménie. Par contre il est d'accord pour l'amourette suivante, qui tourne au mariage : Polyeucte, noble, friqué, et chrétien. Le temps passe, Sévère gagne la faveur de l'empereur romain, et va voir Pauline. Mariée, elle le repousse par devoir. Mais papa (qui est aussi gouverneur de la province) décide que, pour la sûreté de l'état, le chrétien Polyeucte serait mieux mort, et fifille remariée avec Sévère. Polyeucte est tout à fait OK pour être martyr et se fait donc dûment martyriser. Pauline menace le suicide. Sévère, comme Obi-Wan Kenobi, recueillera en tout bien tout honneur la veuve éplorée après avoir tenté de sauver Polyeucte de son destin fatal. Comme c'est une pièce religieuse, le haut point de la fin est bien sûr la conversion de tout le monde.
    Ce qui donne du poids aux arguments sur l'amour caché d'Obi-Wan pour Padmé, au passage.

    Comme dans la tragédie classique que les épisodes I à III de Star Wars auraient pu être, l'amour est un ressort puissant des motivations des personnages. La morale ? Ne mélangez pas les genres.
    Phèdre est une Sith — soumise aux remous de passions incontrôlables, elle en éprouve la destruction, de la même manière qu'Anakin éprouve la mort de Padmé.
    Pauline est une Jedi — il n'y a pas d'émotions, il y a la paix ; pas de passion, mais la sérénité. S'il n'y avait eu ces petites histoires de conversion et de martyr, sa vie sereine n'aurait pas fourni matière à cinq actes. Sans Anakin, la vie de Padmé aurait sans doute rempli quelques encyclopédies politiques, mais sans mention de son mariage.

    Alors que la court d'amour bat son plein sur Naboo entre nos deux tourteraux mal assortis, les signes avant-coureurs sont là. Lui, se croyant viril, poussant, tirant, cherchant par tous les moyens à séduire une femme qui lui a expliqué ne pas vouloir de lui, tout en sachant que cela les mènera tous deux à la destruction :

    Anakin Skywalker: From the moment I met you, all those years ago, not a day has gone by when I haven't thought of you. And now that I'm with you again... I'm in agony. The closer I get to you, the worse it gets. The thought of not being with you... I can't breathe. I'm haunted by the kiss that you should never have given me. My heart is beating... hoping that kiss will not become a scar. You are in my very soul, tormenting me... what can I do? I will do anything you ask. If you are suffering as much as I am, please tell me.
    Padmé Amidala: I can't... We can't... It's not possible.
    Skywalker: Anything is possible, Padmé. Listen to me...
    Amidala: No, you listen! We live in a real world; come back to it. You're studying to become a Jedi, I'm... I'm a senator. If you follow your thoughts through to conclusion, they will take us to a place we cannot go, regardless of the way we feel about each other.
    Skywalker: Then you do feel something!
    Amidala: I will not let you give up your future for me.
    Skywalker: You're asking me to be rational. That is something that I know I cannot do. Believe me, I wish that I could just wish away my feelings, but I can't.
    Amidala: I will not give into this.
    Skywalker: Well, you know, it... it wouldn't have to be that way. We could keep it a secret.
    Amidala: We'd be living a lie, one that we couldn't keep, even if we wanted to. I couldn't do that. Could you, Anakin? Could you live like that?
    Skywalker: No. You're right. It would destroy us all.

    Petit con.

    Bref, à force de coercition et de séduction à deux balles, évidemment, Anakin épouse Padmé en secret. Fin de l'épisode II.

    On les retrouve dans l'épisode III, vivant toujours en secret. Anakin est hanté par un rêve prémonitoire lui montrant la mort de Padmé. C'est le déclic qui le fera basculer du côté obscur : déjà tenté par les promesses de pouvoir infini du côté obscur de la Force, se sentant déjà coupable de ne pas avoir pu sauver sa mère, il désire vaincre la mort (je cite) pour éviter à Padmé de mourir. C'est gentil tout plein sur le papier, mais quand pour arriver à ça il faut massacrer les enfants éduqués au temple Jedi, perso, moi, ça me ferait réfléchir. Son amour est possessif au point qu'il se considère comme dépositaire de la vie et de la mort de Padmé. Elle est sa chose ; lui seul peut (ou non) la sauver, lui déniant toute autonomie, toute existence séparée de la sienne. 

    Inquiète des changements de comportement d'Anakin, devenu sombre et coléreux, Padmé se confie au seul ami connaissant la situation du couple : Obi-Wan. Lorsqu'elle fait par à son tendre époux des inquiétudes partagées d'Obi-Wan, Anakin, atteint d'une jalousie pathologique, l'accuse de trahison, presque d'adultère. Parler à un homme autre que lui, en intime, en proche ? Inacceptable pour lui.

    Et le drame. Lorsque Padmé rejoint Anakin pour tenter de le faire renoncer au côté obscur, il l'étouffe par la Force, au milieu d'un délire où il l'accuse encore de l'avoir trahi avec Obi-Wan, et où il lui propose de régner à ses côtés en despote sur la galaxie avant de la brutaliser. Elle mourra quelques heures plus tard en donnant naissance à des jumeaux.

    Anakin : You have turned her against me !
    Obi-Wan : You have done that yourself.

    Padmé Amidala, reine, puis sénatrice audacieuse de Naboo, à l'éthique pure, est l'un des personnages les plus prenants de l'univers Star Wars. Meneuse de rebellion, cheffe de guerre, leader politique, femme forte et indépendante, elle meurt sous les coups de son conjoint. Plongé dans le côté obscur de la Force, Anakin/Vador, au lieu de héros jedi, est un vulgaire meurtrier se complaisant dans ses fantasmes de trahison. De sa passion indécente est née la peur de la trahison, la peur panique de la perte. La peur mène à la colère. La colère mène à la haine. La haine mène à la souffrance. Combinée à ses rêves de pouvoir, ses rêves de virilité (toujours plus de puissance, toujours plus de maîtrise de la Force, être toujours le plus grand, le plus reconnu, flatté par des amis puissants pour partager leur gloire totalitaire), cette peur l'a entraîné du côté obscur. 

     

    En France, tous les deux jours, comme Padmé, une femme meurt sous les coups de son conjoint.

    Par ailleurs, les préquelles ont un traitement remarquablement égalitaire des personnages féminins (pour des blockbusters). Padmé n'est jamais une potiche à sauver ; lorsque sauvetage il y a à faire, elle s'en débrouille seule (présageant ainsi la conduite de sa fille) et sans chichis. Ainsi, dans l'épisode II, face aux sales bestioles de l'arène ; elle gère très bien le félin mutant et, si Anakin vient la chercher, il sauve aussi Obi-Wan.

    On y voit des femmes jedi siégeant au Conseil, des femmes politiciennes, des femmes militaires. Les personnages féminins ne sont pas des victimes bêlantes et ne sont pas définies par leurs rapports avec les hommes, maris, pères ou amants.

    De ce point de vue, la prélogie Star Wars apparaît comme féministe, et l'histoire de Padmé et d'Anakin prend un relief supplémentaire. Serait-ce une once d'engagement ?

    C'est juste dommage que, à côté de ça, ils nous aient foutu JarJar Binks qui parle petit nègre.


    7 commentaires
  • Allez-y, c'est un questionnaire court, et c'est pour la bonne cause : une thèse portant sur la déontologie médicale sur le web !

    Je vous fais confiance pour y aller, c'est par ici ;)

    Je reviendrai plus tard avec des histoires de PériphLand.


    2 commentaires
  • C'est officiel, le printemps est là : sous le bleu délavé du ciel, prunus roses et fruitiers blancs étalent leurs branches grêles. Il fait chaud.

    Une salle est fermée, le deuxième et dernier patient de l'autre est annulé. Petite, minuscule, journée. Tout les chefs ne consultent pas, et du coup on se retrouve tous à 9 heures à une grande visite improvisée. L'ambiance est plus détendue que d'habitude : on va et vient, certains s'attardent dans une chambre, la kiné vient parler des patients à voir, quelqu'un prend le téléphone. Depuis les fenêtres des chambres, les pelouses verdissent et les bourgeons  pâles pointent sous un soleil délavé de brume.

    Puis on finit tôt et un déjeûner est improvisé en terrasse, dans un beau parc où les merles chantent, près d'un jet d'eau scintillante. Ça se chambre entre internes et chefs ; on s'échange les derniers ragots de l'hôpital, on parle de la Revue à venir, le dos au soleil chaud. Le repas est bon, copieux. On se demande vaguement ce qu'on va faire cet après-midi : les courriers sont quasi faits, le staff est fini de préparer... Café à l'internat ?

    On remonte à l'internat, sur la terrasse, en plein sud. Il y a toujours un air frais, mais c'est supportable. Puis qui part en consult', qui part donner un avis, qui part régler les trucs administratifs qui traînent depuis Mathusalem.

    Je rentre tôt et m'installe sur ma banquette pour travailler. Il fait beau : j'ai ouvert toutes les fenêtres, la chaleur entre à flots dans le petit appartement. Je regrette de devoir le laisser six mois d'été pour un internat de périphérique. Je ferme les yeux quelques instants — lorsque je les rouvre, deux heures ont passé.

    Qu'importe ; aujourd'hui, c'était un slow day.


    2 commentaires
  • Au bloc digestif, madame F (comme Fistule rectovaginale) vient pour qu'on lui mette une stomie. Pour de multiples raisons au rang desquelles le fait que l'opérateur rentrait de huit jours de vacances et n'avait été prévenu par personne qu'elle opérait le lundi matin, l'emplacement de cette colostomie définitive n'avait pas été repéré avant le bloc.

    Parce qu'il s'agissait d'une patiente du Chef-Suprême, ce dernier fut appelé pour jeter un œil sur le ventre et l'emplacement de la stomie, en per op. Grand-Chef s'est donc habillé et a regardé.

    Le côlon montait assez mal, ventre multi opéré oblige ; Cheftaine-Chérie, opérateur principal, voyait bien un bon endroit pour la stomie. Grand-Chef la voulait plus bas. Discussion, au-dessus de la bonne laparo sous ombilicale des familles chez cette patiente obèse.

    — La stomie, je pense qu'il faut la mettre par-là, m'sieur. Regardez, ça monte quand même bien [joignant le geste à la parole et montant le côlon jusque là].
    — Non, non, faut la mettre plus bas, regarde, par là, ça tirera moins, ce sera plus bas...
    — Mais elle est obèse ! Ça va tomber juste dans le pli !
    — Non, il est pas là, le pli.
    — Boh, regardez ! [pliant le ventre en deux, ce qui eut pour effet de faire béer la laparo comme une cocotte en papier]
    — Oui, bon, nan mais faut enlever les écarteurs [enlève les écarteurs et recommence, pli au même endroit, effet cocotte seulement majoré, et pointant du doigt le pli] Mais quand elle sera debout, le pli sera plus bas.
    — Justement, ça va pas être pratique pour s'en occuper de sa stomie ! Elle pourra pas le faire toute seule, elle est trop grosse ! Faut la mettre plus haut, là où c'est plat. Et pis là ça tombe juste sous la ceinture, ça va la gêner.
    Elle est vieille, elle porte pas de ceinture.
    — Mais elle s'habille chez Daxon ! Elles ont des ceintures super hautes les mamies obèses, avec ces jupes qu'elles ont ! Ce sera pile sur la poche.
    ...
    — On va pas lui dire de s'acheter des pantalons taille basse non plus, m'sieur.
    Oui, bon, on peut la mettre un peu plus haut. Donnez-nous un crayon dermographique.

    Cheftaine-Chérie trace donc une jolie cible un peu plus haut, presque à l'endroit qu'elle voulait au départ, un peu loin du pli, sur le plat. 

    Ah mais tu triches, là !
    — Vous m'avez dit là !
    — Non, je t'avais dit plus bas ! [Pose son doigt à son emplacement à lui dans le pli supposé] Tu vois, si tu tires sur la peau, là, le tablier descend, c'est plat aussi !
    — Ben aussi vous montrez un endroit et ensuite vous faites glisser votre doigt exprès de deux centimètres. Je veux la lui mettre , sa stomie, dit-elle en repassant un coup de feutre sur la cible.
    Puis, pour faire bonne mesure, en réattrapant le côlon à pleine main pour le coller contre le site supposé.
    — Ah, mets-la un peu plus bas, coupe la poire en deux...

    Le feutre dermo tombe par terre, de par la dure loi de la gravité et que personne (ni l'externe ni moi) n'a pensé à le retenir.

    — Un autre feutre, demandai-je à l'infirmière.
    — Non non, c'est pas la peine, a décidé Grand-Chef. Tu la mets un peu plus bas, juste ici, en triangulation.
    Puis, se tournant vers moi :
    — Et toi tu la surveilles, si jamais elle la mettait là haut.
    — Oui m'sieur [Poker face].

    Grand-Chef parti vaquer à ses occupations, Cheftaine-Chérie a dit :
    — Bon, toi, tu caftes pas.
    — Non, t'inquiète :) 

    Au final, la poire ne fut pas coupée en deux fifty-fifty, mais, allez, en deux tiers-un tiers. Un peu au-dessus de la ceinture de la jupe de chez Daxon, quoi.

    Ça va me manquer un peu, le digestif, c'est folklorique, comme spécialité.


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique